Crashs des 737 MAX : le constructeur accusé d'avoir caché des documents révélant des difficultés de pilotage

Des avions Boeing 737 MAX à Seattle (nord-est des Etats-Unis), le 13 août 2019. 
Des avions Boeing 737 MAX à Seattle (nord-est des Etats-Unis), le 13 août 2019.  (DAVID RYDER / AFP)

Les Boeing 737 MAX sont impliqués dans deux crashs, survenus en octobre 2018 et mars 2019.

De nouvelles révélations sur le scandale des Boeing 737 MAX, modèle impliqué dans deux crashs en octobre 2018 et mars 2019. L'Agence fédérale de l'aviation (FAA), le régulateur de l'aérien américain, accuse le constructeur de lui avoir caché des documents alertant sur la dangerosité de l'appareil, révélé vendredi 18 octobre.

Il s'agit notamment d'un échange entre employés révélant que le système automatique, intitulé MCAS, qui devait empêcher l'avion de partir en piqué, le rendait difficile à piloter. Le MCAS a depuis été mis en cause dans l'accident d'un 737 MAX d'Ethiopian Airlines, qui s'est écrasé le 10 mars quelques minutes après le décollage, provoquant la mort des 157 personnes à bord.

"Il déraille dans le simulateur"

Dans cet échange sur messagerie instantanée qui date de novembre 2016, soit un an avant la certification du 737 MAX, Mark Forkner, à l'époque un pilote de Boeing, affirmait à un collègue : il "déraille dans le simulateur""Bon, je t'accorde que je suis nul en pilotage mais ça c'était scandaleux", poursuivait-il.

Le pilote a ensuite fait remarquer qu'il allait falloir actualiser les instructions dans le manuel de vol, car il n'avait pas mentionné ces informations au moment de la rédaction. "En gros, ça veut dire que j'ai menti aux régulateurs (sans le savoir)", affirme alors Mark Forkner dans cet échange. "Ce n'était pas un mensonge, personne ne nous avait dit que c'était comme ça", répond son collègue.

Le patron de Boeing sommé de s'expliquer

Jeudi, "Boeing a alerté le département des Transports de l'existence de messages instantanés entre deux employés de Boeing, discutant de certains éléments de communication avec la FAA lors de la certification initiale du 737 MAX en 2016", a dénoncé vendredi l'agence fédérale de l'aviation. "Boeing a expliqué au département qu'il a découvert ces documents il y a plusieurs mois", a regretté le régulateur, qui a sommé Dennis Muilenburg, le patron de Boeing, de s'expliquer.

Vous êtes à nouveau en ligne