Affaire Zyed et Bouna : le procès s'ouvre "dans une ambiance calme mais tendue"

FRANCE 3

Les deux policiers soupçonnés de non-assistance à personne en danger après la mort des deux ados en octobre 2005 sont jugés à Rennes depuis ce lundi 16 mars. Ils encourent cinq ans de prison.

Presque 10 ans après la mort, le 27 octobre 2005, de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le procès de deux policiers s'est ouvert ce lundi 16 mars. Les adolescents étaient morts électrocutés dans un transformateur alors qu'ils cherchaient à éviter un contrôle de police.

Muttin Altun, seul rescapé de l'accident, et les familles des victimes sont venus à Rennes (Ille-et-Vilaine), où le procès a débuté dans l'après-midi. "Ça fait 10 ans qu'on attend ce moment", a confié à France 3 Adel, le frère de Zyed. De nombreux policiers sont venus soutenir leurs collègues.

Un élément "accablant"

Les deux policiers, un homme et une femme d'une quarantaine d'années, sont accusés de non-assistance à personne en danger. Nicolas Comte, de l'unité SGP Police, assure qu'ils n'avaient pas le sentiment que des vies étaient en jeu. Pourtant, dans un enregistrement radio, l'accusé affirme : "S'ils sont entrés dans le transformateur, je ne donne pas cher de leur peau". L'avocat des familles de Zyed et Bouna, Me Jean-Pierre Mignard, compte s'appuyer ce qu'il qualifie d'"élément accablant".

Sur place, la journaliste de France 3 Nathalie Pérez conclut : "C'est dans une ambiance calme mais tendue, avec des messages hostiles tagués juste en face du palais de justice, qu'a débuté cette audience. Les débats devraient durer cinq jours à l'issue desquels les policiers, toujours en poste aujourd'hui, encourent cinq ans de prison et l'interdiction définitive d'exercer leur métier".

Vous êtes à nouveau en ligne