Collision mortelle à Millas : les zones d'ombres de l'enquête

FRANCE 2

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de la collision entre un bus scolaire et un TER qui a fait quatre morts jeudi 14 décembre à Millas (Pyrénées-Orientales).

Y a-t-il eu défaillance technique ou erreur humaine, hier, à hauteur du passage à niveau 25 ? Voilà la question que se posent les enquêteurs. Ce vendredi 15 décembre, la zone de l'accident reste interdite d'accès. Toute la nuit, ils ont inspecté la carcasse du train et du car afin de comprendre les circonstances de la collision. Au centre de leurs interrogations : le passage à niveau. La barrière s'est-elle bien baissée pour empêcher le véhicule de s'y engager lors de l'arrivée du TER ? Dès hier soir, certains dénonçaient un dysfonctionnement, comme la grand-mère d'une collégienne présente dans le car : "La barrière ne s'est pas refermée, le clignotant rouge ne s'est pas allumé", rapporte-t-elle.

Barrière baissée ou relevée ?

Un parent d'élève montre une photo prise par son fils juste après l'accident : on y voit la barrière relevée. La SNCF assure que, selon d'autres témoins, le passage à niveau a bien fonctionné, la barrière se serait relevée après la collision, pas avant. Face à la polémique, le procureur Jean-Jacques Fagni a appelé à la prudence. Selon lui : "C'est largement prématuré d'indiquer si les barrières étaient fermées ou levées. Le but de l'enquête est justement de déterminer les circonstances de l'accident."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne