Collision mortelle à Millas : "Des blessures qu'on peut retrouver sur un schéma de guerre", explique un pompier

Les secours déployés après la collision entre le TER et un car, à Millas (Pyrénées-Orientales), le 14 décembre 2017. 
Les secours déployés après la collision entre le TER et un car, à Millas (Pyrénées-Orientales), le 14 décembre 2017.  (MAXPPP)

Grégory Allione, de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers, est revenu sur le travail des secours après un accident comme celui de Millas, où un train a percuté un car scolaire. Une collision qui peut provoquer des lésions similaires à des blessures de guerre.

Les blessures provoquées par la collision entre un TER et un car scolaire à Millas (Pyrénées-Orientales) sont "de l'ordre de ce qu'on peut retrouver sur un schéma de guerre", a expliqué Grégory Allione, vice-président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, directeur du service départemental des secours des Bouches-du-Rhône, après l'accident, vendredi 15 décembre. 

>> Collision mortelle à Millas : suivez les dernières informations en direct

Sur place, les sapeur-pompiers "ont l'habitude de faire les premiers gestes pour permettre aux autres secours d'intervenir ensuite", a-t-il ajouté.

"Des moments difficiles"

Quand les pompiers arrivent sur le lieu d'un tel accident, la première chose à faire est de "déterminer l'ampleur, de voir l'ensemble des moyens qu'il va falloir mobiliser immédiatement et de faire un premier message de compte-rendu rapide permettant d'évaluer une situation qui va nécessiter une mobilisation massive", a détaillé Grégory Allione

Il faut ensuite, selon lui, "demander au Centre opérationnel départemental, le Codis, de mobiliser, de déclencher ce qu'on appelait avant le plan rouge, qui s'appelle aujourd'hui, la 'mobilisation pour nombreuses victimes' [plan Novi]". Grégory Allion a salué le travail des sapeurs-pompiers et du Samu qui ont intervenu après l'accident car "ce sont des moments difficiles".

On est tous parents (…) la douleur qui est exprimée-là, elle est incommensurable, et on ne peut la compenser par quelque mot que ce soit.Grégory Allioneà franceinfo

"Ce qui est dramatique dans ce cas-là, c'est qu'on est face à des enfants, face à un bus qui a été littéralement coupé en deux", a ajouté Grégory Allione. La collision entre un TER et un car scolaire sur un passage à niveau à Millas (Pyrénées-Orientales) jeudi après-midi a fait six morts et 18 blessés. Une enquête en flagrance pour homicides et blessures involontaires a été ouverte a annoncé le procureur, afin de déterminer les circonstances de l'accident. 

Vous êtes à nouveau en ligne