Collision de Millas : deux familles se constituent partie civile

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de la collision mortelle, jeudi 14 décembre, entre un train express régional (TER) et un bus scolaire sur le passage à niveau de Millas, dans les Pyrénées-Orientales.
Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de la collision mortelle, jeudi 14 décembre, entre un train express régional (TER) et un bus scolaire sur le passage à niveau de Millas, dans les Pyrénées-Orientales. (PASCAL PAVANI / AFP)

Les proches d’adolescents décédés dans la collision entre un car scolaire et un TER à Millas (Pyrénées-Orientales) ont déposé une plainte, mardi 26 décembre 2017, avec constitution de partie civile à Marseille.

Deux familles d'adolescents tués dans la collision entre un bus et un TER, à Millas (Pyrénées-Orientales), le 14 décembre, se sont constituées parties civiles, annonce mardi 26 décembre leur avocate, Jehanne Collard. Les cinq personnes concernées "auront accès mercredi au dossier de l'instruction", a déclaré l'avocate, ajoutant qu'il s'agit d'une "étape capitale". "Cette plainte avec constitution de partie civile va permettre aux familles des deux collégiens décédés d’accéder au dossier judiciaire, avoir des informations qu’elles n’ont pas et demander éventuellement des investigations supplémentaires sur les circonstances de l’accident", a-t-elle déclaré.

Le pôle spécialisé dans les accidents et les catastrophes collectives au sein de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) du parquet de Marseille est saisi de l’enquête pour déterminer les causes de cet accident sur un passage à niveau dans lequel six collégiens ont été tués. Le pronostic vital d'autres collégiens blessés reste engagé.

Depuis l'accident, Jehanne Collard a dénoncé à plusieurs reprises un "sentiment d'abandon total" de la part des familles. Ces dernières devaient être reçues mardi après-midi à la mairie de Saint-Féliu-d’Avall, commune dont étaient originaires ces collégiens.

La responsabilité de la conductrice en question 

La conductrice, qui assure que les barrières du passage à niveau étaient ouvertes, a été mise examen pour "homicides et blessures involontaires par imprudence" et placée sous contrôle judiciaire avec notamment l'interdiction de conduire.

Sa version contredit les premières "constatations matérielles" dont avait fait état le procureur de Marseille et qui allaient "plutôt dans le sens d'une barrière [du passage à niveau] fermée", tout comme les témoignages du conducteur du TER et des chauffeurs des véhicules qui se trouvaient de l'autre côté de la voie. "Mes clients ne préjugent pas de la culpabilité de la conductrice ou de la SNCF. Ils veulent simplement savoir ce qui s'est passé car pour l'instant ils l'ignorent", a déclaré l'avocate.

Samedi, Jehanne Collard avait évoqué, "au conditionnel", le fait que la conductrice ait pu être "sous l'emprise d'antidépresseurs, d'anxiolytiques". Le procureur de Marseille a indiqué mardi à l'AFP qu'il n'y avait pas "à ce stade de l'enquête, de lien de causalité entre les médicaments pris depuis des années par la conductrice du car pour dormir" et la collision de son véhicule avec le train.

Une pétition a par ailleurs été lancée sur internet pour soutenir la conductrice. Elle a recueilli 9 000 signatures en quelques jours.