Les accidents de la route les plus meurtriers de ces dernières années

Violent accident à Beaune (Côte-d\'Or) qui avait causé la mort de 53 personnes le 31 juillet 1982.
Violent accident à Beaune (Côte-d'Or) qui avait causé la mort de 53 personnes le 31 juillet 1982. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Une collision a causé la mort d'au moins 42 personnes ce vendredi 23 octobre en Gironde. Une catastrophe qui s'ancre dans de nombreux accidents de la route impliquant, notamment, des cars. 

Il s'agit de l'accident le plus meurtrier depuis celui ayant coûté la vie à 53 personnes dont 44 enfants à Beaune (Côte d'Or), en 1982. Un car et un camion se sont percutés ce vendredi 23 octobre au matin à Puisseguin (Gironde), causant la mort d'au moins 42 personnes. Francetv info revient sur les accidents les plus graves de ces dernières années.

Le 2 juin 2008, l'autocar transportant une classe de cinquième du collège de Margencel (Haute-Savoie) en sortie scolaire est percuté par un train régional. Sept enfants trouvent la mort, 25 autres sont blessés, sur un passage à niveau d'Allinges. Sous le choc, le professeur d'histoire-géographie qui avait organisé la sortie s'est suicidé peu après, racontait Libération.

Un bus transportant des enfants en sortie scolaire est percuté par un train régional, sur un passage à niveau d’Allinges (Haute-Savoie), le 2 juin 2008.
Un bus transportant des enfants en sortie scolaire est percuté par un train régional, sur un passage à niveau d’Allinges (Haute-Savoie), le 2 juin 2008. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Le 22 juillet 2007, 26 pèlerins polonais qui se rendaient à Notre-Dame de la Salette (Isère) ont trouvé la mort. Leur car a chuté dans un ravin de la rampe de Laffrey, une descente meurtrière puisque deux autres accidents avaient eu lieu au même endroit en 1970 et en 1973. Le bus n'a pas réussi à freiner lors du dernier virage et s'est écrasé en contrebas. La chute a également blessé 24 personnes, dont 14 gravement.

Le 17 mai 2003 au petit matin, un car allemand se dirigeant vers la Costa Brava s'écrase dans un ravin à Dardilly, près de Lyon. La pluie fait perdre au conducteur le contrôle de son véhicule. L'accident fait 28 morts et 46 blessés.

Le 24 mars 1999, le terrible incendie du tunnel du Mont-Blanc marque les esprits. A 11 heures ce jour-là, un camion frigorifique belge prend feu. De nombreux véhicules et passagers sont pris au piège dans le tunnel, envahi par les flammes et la fumée. L'incendie fait 39 morts et cause la fermeture du tunnel pendant près de trois ans. L'enquête a par la suite conclu qu'un mégot jeté d'une voiture s'était introduit dans le filtre à air du camion, qui s'était embrasé.

Le 10 juillet 1995, 1h30. Un autocar espagnol reliant les Pays-Bas et Alicante, en Espagne. A bord, 57 passagers de plusieurs nationalités. Au niveau de Roquemaure (Gard), le rétroviseur du car touche l'arrière d'un camion. "Le bus se met soudain à tanguer avant de se coucher sur le flanc gauche et de glisser sur une centaine de mètres", raconte le Midi Libre. Bilan, 23 morts et 32 blessés. L'enquête qui a suivi a révélé que le conducteur avait alors enchaîné les infractions.

Le 10 novembre 1993, 52 voitures et six poids lourds impliqués dans un carambolage meurtrier au niveau du pont de Mirambeau (Charente-Maritime). L'accident, causé par un fort brouillard et l'arrêt d'un camion sur les voies, fait 15 morts et 53 blessés. "L'horreur sur l'A10", titre alors La Nouvelle République.

Des pompiers interviennent sur l\'accident de l\'autoroute A10, près de Mirambeau (Charente-Maritime), le 11 novembre 1993.
Des pompiers interviennent sur l'accident de l'autoroute A10, près de Mirambeau (Charente-Maritime), le 11 novembre 1993. (DERRICK CEYRAC / AFP)

Le 31 juillet 1982, la plus grande catastrophe routière de France. Sur l'A6 près de Beaune (Côte-d'Or), un carambolage et un incendie causent 53 morts, dont 44 enfants. "Trois voitures arrivant trop vite sur la voie de gauche s'étaient rabattues sur la voie de droite entre deux autocars transportant une centaine d'enfants d'une colonie de vacances vers la Maurienne. Le premier car s'était arrêté sans encombre mais le second avait percuté à faible vitesse une des voitures dont le réservoir s'était éventré. L'essence s'était répandue sous les cars et les voitures avant de prendre feu", raconte l'Express.