10 jours après les attentats de Paris, les zones d’ombre autour de Salah Abdeslam

(La trace de Salah Abdeslam se perd le 14 novembre à Cambrai © MaxPPP)

Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir participé aux attentats de Paris, est toujours introuvable. Beaucoup d'interrogations subsistent sur l'homme le plus recherché d'Europe. Il aurait pu vouloir commettre une attaque suicide dans le 18ème arrondissement de Paris avant de renoncer et de gagner la Belgique.

La police belge a mené dimanche soir des perquisitions dans la région de Bruxelles et interpellé 16 personnes, mais pas Salah Abdeslam. Cet homme visé par un mandat de recherche depuis les attentats de Paris reste introuvable. L'enquête conduit à plusieurs scénarios pour expliquer son rôle.

A LIRE AUSSI ►►►Attentats de Paris : les frères Abdeslam, itinéraire d'une famille de Molenbeek

Où se trouve Salah Abdeslam ? Quel rôle précis a-t-il joué pendant les attentats à Paris et à Saint-Denis ? Ces deux questions cruciales restent ce lundi sans réponse. La trace de Salah Abdeslam a été perdue le lendemain des attentats commis à Paris, soit le 14 novembre, quand il a réussi sans doute à regagner la Belgique avec deux hommes venus le récupérer à Paris. Malgré  d'intenses recherches, notamment côté belge tout le week-end, il reste introuvable.

Un rôle de coordinateur de toute l'opération ?

Etait-il le logisticien de toute l'opération ? Dans quelle équipe est-t-il passé à l'action ? Plusieurs hypothèses prennent forme. Le scénario numéro un situe Salah Abdeslam au sein du commando qui a mitraillé les terrasses des restaurants parisiens, le soir du vendredi 13 novembre.

Le scénario numéro deux, jugé actuellement plus vraisemblable mais sans être certifié, le place avec les kamikazes du Stade de France, qu'il aurait quitté pour aller commettre une autre attaque-suicide dans le 18ème arrondissement de Paris. Un projet auquel il aurait renoncé au dernier moment, avant de se faire rapatrier en Belgique par deux de ses amis.

Plusieurs éléments font penser enfin qu'il a joué un rôle de coordinateur de toute l'opération. Il a loué deux des trois voitures utilisées par les terroristes. C'est avec sa carte bancaire qu'ont été payées deux chambres d'hôtel utilisées par des membres des commandos à Alfortville, près de Paris, dans le Val-de-Marne.

Vous êtes à nouveau en ligne