Exposition : les Indiens des plaines

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Le musée du Quai Branly propose en effet une magnifique exposition sur les Indiens des plaines. Bien sûr, les enfants déambulent dans les allées en espérant jouer aux cow-boys, mais ils sont surpris, car les stéréotypes volent en éclats face aux objets du quotidien de ces tribus. Une chevauchée fantastique, quelques scènes projetées sur grand écran, avant de lever le voile sur ce qui fascine toujours. Je sais que c'est une robe. Les Indiens d'Amérique. Elle a été peinte par un artiste allemand lors de son séjour dans un village sioux vers 1830. J'étais pas né, donc. Ah non, t'étais pas né. Les enfants n'en perdent pas une miette. Car les Indiens des grandes plaines n'ont jamais cessé de créer. Une richesse artistique dont témoignent les 140 pièces réunies Quai Branly. Les Indiens étaient un peu en guerre contre les Européens. Et, euh. Ils faisaient beaucoup d'objets d'art. Tu découvres quelque chose. Oui, comme le porte-bébé. Je savais pas ce que c'était. Perles, plumes d'oiseau, crins de cheval, tout est matière à sublimer les objets du quotidien. Une mine d'or pour les historiens. Il y a un ensemble exceptionnel de grandes peaux de bison peintes qui sont des sortes de toges de cérémonie, et aussi des registres où l'on écrivait l'histoire des Indiens. Une histoire et un style de vie auxquels certains disent oui. Au moins ils ont des chevaux, ils gaspillent pas d'électricité. Ils font pas de la pollution. Dans les pas des Indiens, déjà un grand sage.

Le musée du Quai Branly propose en effet une magnifique exposition sur les Indiens des plaines. Bien sûr, les enfants déambulent dans les allées en espérant jouer aux cow-boys, mais ils sont surpris, car les stéréotypes volent en éclats face aux objets du quotidien de ces tribus.

Une chevauchée fantastique, quelques scènes projetées sur grand écran, avant de lever le voile sur ce qui fascine toujours. Je sais que c'est une robe.

Les Indiens d'Amérique.

Elle a été peinte par un artiste allemand lors de son séjour dans un village sioux vers 1830.

J'étais pas né, donc.

Ah non, t'étais pas né.

Les enfants n'en perdent pas une miette. Car les Indiens des grandes plaines n'ont jamais cessé de créer. Une richesse artistique dont témoignent les 140 pièces réunies Quai Branly.

Les Indiens étaient un peu en guerre contre les Européens. Et, euh. Ils faisaient beaucoup d'objets d'art.

Tu découvres quelque chose.

Oui, comme le porte-bébé. Je savais pas ce que c'était.

Perles, plumes d'oiseau, crins de cheval, tout est matière à sublimer les objets du quotidien. Une mine d'or pour les historiens.

Il y a un ensemble exceptionnel de grandes peaux de bison peintes qui sont des sortes de toges de cérémonie, et aussi des registres où l'on écrivait l'histoire des Indiens.

Une histoire et un style de vie auxquels certains disent oui.

Au moins ils ont des chevaux, ils gaspillent pas d'électricité. Ils font pas de la pollution.

Dans les pas des Indiens, déjà un grand sage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne