Environnement : recenser les oiseaux de son jardin avec Vigie-Nature

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Nombre de femmes, du fait de la maternité, sans trouvaient exclues. Les femmes gagnent encore en moyenne 20 % de salaire en moins que les hommes. Comment être utile quand on est un passionné de la nature ? Dans son jardin, on peut compter les oiseaux, recenser les espèces. L'initiative a été lancée par l'association Vigie-Nature. Des milliers de particuliers y participent désormais. Ce travail de fourmi est utile pour constater l'évolution de la biodiversité. Regarde les oiseaux avec les jumelles, tu vas mieux les voir. Un point d'eau caché dans la campagne picarde, paradis des oiseaux. 23, 24. Guénaël Hallart connaît ce secteur par coeur. 4 fois par semaine, cet instituteur y recense bénévolement les volatiles Il veut transmettre cette passion à ses fils. L'astuce, c'est d'avoir un bon livre qui permet d'identifier les espèces. Et il faut pouvoir regarder régulièrement au même endroit, pour avoir une idée de l'évolution. On essaie de venir sur ce site presque tous les jours pendant les migrations. On voit l'évolution en fonction des oiseaux, des jours, des voyages, etc. Ewen, 7 ans, a déjà l'oeil de l'expert. Qu'est-ce que tu vois. Des avocettes, des cols verts et des mouettes. Qu'est-ce qui te plaît dans l'observation. Une vingtaine d'espèces viennent nicher au printemps. Pour les compter, il faut savoir différencier chaque oiseau. La tâche se complique quand ils se cachent. Il faut tendre l'oreille. Chant d'oiseau. Très rapide le chant. Guénaël connaît plus de 60 chants d'oiseaux. Faut avoir l'oreille fine. Et réussir à démêler les sons, car ils se mélangent. C'est le plus dur quand on commence. On n'aurait qu'un seul chant, on le reconnaîtrait facilement. Ewen publie son comptage sur Internet, dans une base de données alimentée par des naturalistes volontaires. Sur le terrain, les bénévoles ont la sensation qu'on voit moins d'hirondelles, que le coucou arrive plus tôt. Leurs données servent aux scientifiques. En ayant accès a ces comptages, ils vont pouvoir montrer qu'on a perdu 25 % des hirondelles en 20 ans, et que les coucous arrivent une à deux semaines plus tôt.

Nombre de femmes, du fait de la maternité, sans trouvaient exclues. Les femmes gagnent encore en moyenne 20 % de salaire en moins que les hommes.

Comment être utile quand on est un passionné de la nature ? Dans son jardin, on peut compter les oiseaux, recenser les espèces. L'initiative a été lancée par l'association Vigie-Nature. Des milliers de particuliers y participent désormais. Ce travail de fourmi est utile pour constater l'évolution de la biodiversité.

Regarde les oiseaux avec les jumelles, tu vas mieux les voir.

Un point d'eau caché dans la campagne picarde, paradis des oiseaux.

23, 24.

Guénaël Hallart connaît ce secteur par coeur. 4 fois par semaine, cet instituteur y recense bénévolement les volatiles Il veut transmettre cette passion à ses fils.

L'astuce, c'est d'avoir un bon livre qui permet d'identifier les espèces. Et il faut pouvoir regarder régulièrement au même endroit, pour avoir une idée de l'évolution. On essaie de venir sur ce site presque tous les jours pendant les migrations. On voit l'évolution en fonction des oiseaux, des jours, des voyages, etc.

Ewen, 7 ans, a déjà l'oeil de l'expert.

Qu'est-ce que tu vois.

Des avocettes, des cols verts et des mouettes.

Qu'est-ce qui te plaît dans l'observation.

Une vingtaine d'espèces viennent nicher au printemps. Pour les compter, il faut savoir différencier chaque oiseau. La tâche se complique quand ils se cachent. Il faut tendre l'oreille. Chant d'oiseau.

Très rapide le chant.

Guénaël connaît plus de 60 chants d'oiseaux.

Faut avoir l'oreille fine.

Et réussir à démêler les sons, car ils se mélangent. C'est le plus dur quand on commence. On n'aurait qu'un seul chant, on le reconnaîtrait facilement.

Ewen publie son comptage sur Internet, dans une base de données alimentée par des naturalistes volontaires.

Sur le terrain, les bénévoles ont la sensation qu'on voit moins d'hirondelles, que le coucou arrive plus tôt. Leurs données servent aux scientifiques. En ayant accès a ces comptages, ils vont pouvoir montrer qu'on a perdu 25 % des hirondelles en 20 ans, et que les coucous arrivent une à deux semaines plus tôt.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne