Enfance : le problème des crèches

L'Elbe pourrait atteindre un niveu record. On revient sur la réforme de la politique familiale annoncée hier. On a évoqué la hausse d'impôts pour un peu plus de 1 million de foyers. Le gouvernement a aussi annoncé l'ouverture de plus de 200.000 nouvelles places de crèche. Est-ce réaliste ? Qui va payer. Cette crèche à Nancy accueille chaque jour une centaine d'enfants. Mais comme dans beaucoup d'autres, la liste d'attente est longue. Face à la pénurie, le gouvernement a annoncé la création de 100.000 places supplémentaires d'ici 2017. Cela coûtera 1,2 milliard d'euros, soit une hausse de 30%. L'Etat, via la Caisse d'allocations familiales, n'en paie que 60%. Le reste est pour les communes. Une place coûte en moyenne 15.000 euros. Les élus locaux redoutent de ne pas avoir les moyens de les financer. Les communes ont des problèmes de budget et sont incapables, sans aides par ailleurs, de financer ces places. Ou bien on coupe dans d'autres budgets, et c'est un choix politique. Ou on augmente l'impôt. Pour le gouvernement, les maires doivent assumer ce choix politique. Certaines communes préfèrent entretenir les routes que de développer les crèches. Mais nous, en tant qu'Etat, nous devons assurer une mission de service public de la petite enfance. Le gouvernement veut créer 100.000 autres places d'accueil.

L'Elbe pourrait atteindre un niveu record.

On revient sur la réforme de la politique familiale annoncée hier. On a évoqué la hausse d'impôts pour un peu plus de 1 million de foyers. Le gouvernement a aussi annoncé l'ouverture de plus de 200.000 nouvelles places de crèche. Est-ce réaliste ? Qui va payer.

Cette crèche à Nancy accueille chaque jour une centaine d'enfants. Mais comme dans beaucoup d'autres, la liste d'attente est longue. Face à la pénurie, le gouvernement a annoncé la création de 100.000 places supplémentaires d'ici 2017. Cela coûtera 1,2 milliard d'euros, soit une hausse de 30%. L'Etat, via la Caisse d'allocations familiales, n'en paie que 60%. Le reste est pour les communes. Une place coûte en moyenne 15.000 euros. Les élus locaux redoutent de ne pas avoir les moyens de les financer.

Les communes ont des problèmes de budget et sont incapables, sans aides par ailleurs, de financer ces places. Ou bien on coupe dans d'autres budgets, et c'est un choix politique. Ou on augmente l'impôt.

Pour le gouvernement, les maires doivent assumer ce choix politique.

Certaines communes préfèrent entretenir les routes que de développer les crèches. Mais nous, en tant qu'Etat, nous devons assurer une mission de service public de la petite enfance.

Le gouvernement veut créer 100.000 autres places d'accueil.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne