Une députée voilée crée la polémique sur les réseaux sociaux

FRANCEINFO

Alors la députée musulmane de Mayotte Ali Ramlati apparaît voilée sur la photo publiée sur le site de l'Assemblée, une polémique a enflé sur les réseaux sociaux. Mais l'élue a-t-elle enfreint la loi ?

Ali Ramlati, députée La République en marche de Mayotte, apparaît voilée sur sa photo publiée sur le site de l'Assemblée nationale. Une distinction religieuse qui a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux. "Ali Ramlati respecte-t-elle la laïcité avec le port du voile ?", s'interroge sur Twitter Aurélien Dutremble, responsable à la communication du Front national dans l'Ain. "Qu'on porte le voile en dehors, OK, mais dans son sein [de l'Assemblée nationale, ndlr], violation de laïcité", dénonce quant à lui Jonas Haddad, délégué des Jeunes Républicains de Normandie.

"Des députés en soutane jusque dans les années 60" 

Ali Ramlati a également porté le voile lors de cérémonies officielles à Pamandzi, à Mayotte, ville dont elle était maire. Mais en a-t-elle le droit ? "En tant qu'élue, elle a le droit de porter un signe religieux puisqu'un élu, de fait, n'est pas neutre. Il n'est ni neutre politiquement, ni neutre religieusement. En revanche, les fonctionnaires doivent être neutres en tout point de vue", explique à franceinfo Nicolas Cadène, rapporteur général de l'Observatoire de l'État.
"Il faut se rappeler que, jusque dans les années 1960, on avait à l'Assemblée nationale des députés qui venaient en soutane, comme l'Abbé Pierre ou le chanoine Kir, qui était maire de Dijon", relate-t-il. De fait, Ali Ramlati aurait en effet le droit de venir voilée à l'Assemblée nationale si elle le souhaite. "À l'Assemblée, vous avez d'autres parlementaires qui portent de grandes croix catholiques [...] vous avez aussi des partis politiques qui se sont formés en mettant en avant leur religion", tels que le Parti chrétien-démocrate de Christine Boutin et de Jean-Frédéric Poisson. 
Vous êtes à nouveau en ligne