Stylos jetables, isoloirs aménagés, coupe-file pour les électeurs vulnérables : Nancy met le paquet pour améliorer la participation au second tour des municipales

Simulation du vote d\'un électeur à un bureau de vote, à Nancy.
Simulation du vote d'un électeur à un bureau de vote, à Nancy. (VILLE DE NANCY / CAPTURE D'ËCRAN)

Le coronavirus circule toujours et l’enjeu est donc de rassurer les électeurs pour qu’ils viennent voter en sécurité dimanche.

À Nancy, en Meurthe-et-Moselle, derniers porte-à-porte, derniers boitages, derniers ''Facebook live'' dans cette campagne inédite pour les élections municipales, perturbée par la crise sanitaire du coronavirus. Si l’abstention, toutes villes confondues, a été sept points plus élevée que la moyenne au premier tour, qu’en sera-t-il pour le second ? Le virus circule toujours et l’enjeu est donc de rassurer les électeurs pour qu’ils viennent voter en sécurité dimanche.

Seulement trois électeurs par bureau de vote

''Il n'y aura que trois électeurs par bureau de vote et rien ne sera touché de ce qui est présenté par l'électeur, explique Sébastien Colette, responsable du service des élections à la Ville de Nancy. Il va présenter sa pièce d'identité et sa carte d'électeur, s'il l'a avec lui, et ne va pas les déposer sur la table. La carte d'électeur ne sera pas tamponnée...'' ''Les isoloirs sont retournés, poursuit-il. Ainsi, les électeurs qui ne souhaitent pas manipuler le rideau peuvent ne pas le fermer, tout en pouvant tranquillement plier son bulletin, le glisser dans l'enveloppe'. Mais il y aura aussi des stylos jetables pour émarger, un coupe-file pour les personnes vulnérables, distanciation, gel, masque obligatoire.

L'idée est à la fois que les choses soient le plus fluides possible, mais le plus sécurisées possible pour l'électeur, mais également pour les membres du bureau de vote.Sébastien Coletteà franceinfo

Pourtant, recruter des assesseurs a été un peu difficile et ceux âgés de plus de 65 ans seront six fois moins nombreux : 40% pour ce second tour, contre 75% au premier. Le virus fait peur, mais pas à tout le monde. Dominique Hermant, 71 ans, elle, présidera bien le bureau de vote numéro 11. Elle n'a jamais loupé une élection. ''Je vais vous faire une confidence : mon mari ne voulait pas que je vienne, sourit-elle. Je ne suis pas là pour jouer Jeanne d'Arc, mais venez voter avec sécurité !''

Laura militante, Laurent Villeroy de Galhau et Sophie Pommier Ostermann les deux colistiers du maire sortant font du porte-à-porte. 
Laura militante, Laurent Villeroy de Galhau et Sophie Pommier Ostermann les deux colistiers du maire sortant font du porte-à-porte.  (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Sur le terrain, les équipes de campagne, elles, prennent le pouls. Laurent Villeroy de Galhau, colistier du maire sortant Laurent Hénart, du Parti radical, fait du porte-à-porte : ''Bonjour madame ! L'équipe de campagne de Laurent Hénart vient s'assurer que vous avez eu toutes les informations concernant les mesures de précaution pour le vote de dimanche...''

Je n'ai pas peur de la situation sanitaire à ce point là : on met un masque et puis voilà ! Ce n'est pas ça qui va m'empêcher de voter.Une électriceà franceinfo

Et c'est devant une école que Frédéric Maguin, un colistier du candidat socialiste Mathieu Klein, distribue le programme. ''Vous pensez aller voter au second tour ? Pas de peur ?'', demande-t-il à un Nancéien. ''Oui, je fais attention, je peux faire pareil dans un bureau de vote, ça peut bien se passer, j'imagine.'' ''Ça ne peut pas être pire que la première fois, assure Frédéric. Ça va être ultra sécurisé.'' Est-ce que ce sera suffisant ? Au premier tour, à Nancy, l'abstention a été phénoménale : 62,9%.

Le second tour des municipales à Nancy : écoutez le reportage de Farida Nouar
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne