Résultats européennes 2019 : pourquoi, malgré son succès, Marine Le Pen ne doit pas crier victoire trop vite

La présidente du RN, Marine Le Pen, le 26 mai 2019 à Paris.
La présidente du RN, Marine Le Pen, le 26 mai 2019 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

La présidente du Rassemblement national dispose de trois années pour transformer le succès de son parti aux élections européennes de dimanche en marchepied vers l'Elysée.

"C'est la victoire du peuple, qui avec fierté et dignité, a repris ce soir le pouvoir", a exulté Marine Le Pen, dimanche 26 mai, une petite demi-heure après l'annonce des premières estimations des élections européennes"La confiance que nous ont témoignée les Français en nous désignant comme le premier parti, mais surtout comme le mouvement de la future alternance, est un honneur immense", a poursuivi la patronne du Rassemblement national, se projetant franchement vers la présidentielle de 2022.

>> Suivez les réactions sur les élections européennes dans notre direct

Le résultat de ce scrutin recèle en effet de vraies bonnes nouvelles pour Marine Le Pen, dans l'optique de la future échéance présidentielle. La victoire de la liste RN sur celle de LREM – 23,31% contre 22,41%, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur publiés à 6h20 lundi – constitue d'abord une forme de revanche pour la perdante du second tour de 2017, qui confirme son statut d'opposante numéro 1 à Emmanuel Macron. Autre motif de satisfaction : la déroute historique des Républicains (relégués en quatrième position avec 8,48%) et les scores anecdotiques des autres composantes de la droite souverainiste laissent la cheffe du RN sans rival sérieux sur son chemin pour prendre sa revanche face à Emmanuel Macron en 2022.

Pour autant, le succès incontestable du Rassemblement national dans les urnes ce dimanche ne préjuge pas d'une victoire de Marine Le Pen dans trois ans. Malgré l'impopularité de l'exécutif, LREM est loin d'être à terre dans une élection qui sourit rarement aux pouvoirs en place. Et une élection européenne, qui mobilise par nature peu les Français, peut difficilement tenir lieu de répétition générale à la présidentielle, qui demeure le scrutin structurant de la vie politique française. Franceinfo détaille les trois raisons pour lesquelles Marine Le Pen ne doit pas crier victoire trop vite. 

Un parti présidentiel qui limite la casse

Avec 26% d'opinions favorables et 66% d'opinions défavorables, selon le dernier baromètre YouGov, Emmanuel Macron aurait pu s'attendre à une défaite cinglante dans les urnes. D'autant plus que les élections européennes sanctionnent régulièrement le parti au pouvoir : en 2014, le PS de François Hollande avait fini troisième à plus de 10 points du FN ; en 2004, l'UMP de Jacques Chirac avait accusé 12 points de retard sur le PS. Seule exception récente : la bonne tenue de l'UMP de Nicolas Sarkozy en 2009.

Mais avec 22,41% des voix et seulement un point de retard sur le Rassemblement national, La République en marche a réussi à sauver les meubles. A tel point que l'exécutif, dimanche soir, semblait quasiment se satisfaire du résultat. L'Elysée ne compte en tout cas pas se plier à l'injonction de Marine Le Pen qui, observant un "désaveu démocratique", a appelé Emmanuel Macron à "dissoudre l'Assemblée nationale".

La présidente du RN, qui rêvait de faire vaciller le pouvoir en place, a presque de quoi être déçue, après des sondages plus favorables dans la dernière ligne droite. "Cette défaite n'est pas suffisamment sévère pour avoir des conséquences politiques comme un changement de Premier ministre", juge le chercheur et politologue Bruno Cautrès, interrogé par franceinfo. Et s'il consacre Marine Le Pen comme la première opposante à Emmanuel Macron, ce scrutin montre aussi que le chef de l'Etat reste à ce jour un sérieux client pour 2022.

Une base électorale qui peine à s'élargir

Plombée par son débat d'entre-deux-tours raté face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen a-t-elle vraiment retrouvé la crédibilité qui était la sienne à la veille de la présidentielle de 2017 ? Sa première place dans les urnes dimanche soir semble conforter cette hypothèse. Mais à y regarder de plus près, rien n'est moins sûr.

Malgré cette première place, le Rassemblement national ne retrouve pas les sommets atteints lors des élections européennes de 2014, où le parti de Marine Le Pen avait recueilli 24,86% des voix. Le RN dépasse certes le score de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle (21,3%), mais la comparaison entre ces deux scrutins de nature très différente reste hasardeuse.

En nombre de voix, les 5,28 millions de suffrages recueillis par Jordan Bardella en 2019 restent loin des 7,68 millions de bulletins Marine Le Pen au premier tour de 2017. Or, pour espérer remporter la mise en 2022, la patronne du RN doit impérativement élargir son électorat. Au vu des résultats de dimanche soir, rien ne permet de dire qu'elle soit en passe de réussir ce pari.

"Le score de Marine Le Pen confirme une vraie dynamique électorale de son parti depuis le début de la décennie. Le RN a vraiment réussi à s'imposer à droite comme le parti de la critique de l'Europe", observe auprès de franceinfo Emmanuelle Reungoat, maîtresse de conférences en sciences politiques à l'Université de Montpellier. Mais, poursuit la chercheuse, "la somme des scores des partis critiques de l'Europe reste à un niveau comparable d'une élection européenne à l'autre". Un plafond de verre pour la députée du Pas-de-Calais ?

Un clivage "mondialistes-nationaux" qui ne lui garantit pas la victoire

Ils ne le désignent pas avec les mêmes mots, mais ils parlent bien de la même chose. "L'effacement des vieux partis et la bipolarisation Rassemblement national-LREM confirme le nouveau clivage nationaux-mondialistes qui domine maintenant notre vie politique et qui se met en place de manière durable", a analysé Marine Le Pen dimanche dans son discours de victoire.

"La recomposition politique initiée par l'élection d'Emmanuel Macron est une réalité durable et incontestable dans le pays. Les anciens clivages ne sont plus, de nouveaux sont apparus", a confirmé en écho Edouard Philippe dans son allocution prononcée depuis Matignon. Si Marine Le Pen crie victoire, l'exécutif y trouve aussi son compte.

En plaçant le RN et LREM aux deux premières places des élections européennes, les Français ont confirmé leur vote du premier tour de la présidentielle 2017. C'est évidemment une victoire pour Marine Le Pen, qui disposera d'un ticket d'entrée pour le second tour de la présidentielle tant que ce clivage organisera la vie politique française. Mais la présidente du RN doit encore prouver sa capacité à faire des "nationaux" le camp majoritaire en France. Le second tour de la dernière présidentielle a démontré qu'elle en était encore loin. Et au sein de son parti, les tenants d'une ligne identitaire et libérale n'ont peut-être pas dit leur dernier mot.

Vous êtes à nouveau en ligne