L'Europe a voté : ce qu'il faut retenir des résultats

Une femme qui tient un drapeau européen en attendant les résultats des élections européennes devant le Parlement européen à Bruxelles. 
Une femme qui tient un drapeau européen en attendant les résultats des élections européennes devant le Parlement européen à Bruxelles.  (JOHN THYS / AFP)

Quatre cent vingt-sept millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dimanche pour élire leurs représentants au Parlement européen. 

Les Européens se sont rendus dans les bureaux de vote, dimanche 26 mai, pour élire les prochains députés au Parlement qui siège à Bruxelles et à Strasbourg. Participation, forces politiques au Parlement européen, franceinfo vous résume les points marquants du scrutin.

>> Suivez les réactions au lendemain des élections européennes

La participation en hausse à 51%

Les électeurs se sont plus déplacés que d'habitude aux urnes. La participation a atteint 50,95% dans les 27 pays de l'Union, selon les chiffres du Parlement européen. 

En France, elle a augmenté de 11 points par rapport au scrutin de 2014, se situant à 51,3% selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria*. En Allemagne, la participation est en hausse de 11 points par rapport à 2014, atteignant 61,50%.

Les populistes se renforcent 

La coalition des forces populistes et eurosceptiques fait une percée au Parlement européen dans plusieurs pays. En France, le Rassemblement national arrive en tête avec 23,4% des voix, en légère baisse par rapport à 2014 où l'ancien Front national avait obtenu 24,9%. En Allemagne, l'AfD, le parti d'extrême droite atteint l'objectif qu'il s'était fixé, soit 10,8% des voix, selon les chiffres provisoires publiés par le Parlement européen. Un score supérieur de 3 points par rapport aux 7,1% en 2014. 

En Hongrie, le parti souverainiste Fidesz de Viktor Orban arrive largement en tête avec 52,33% des voix. En Italie, la Ligue du Nord de Matteo Salvini obtient 33,64% des voix. Le parti eurosceptique et populiste n'avait obtenu que 6,15% en 2014. 

La poussée des Verts se confirme 

La forte mobilisation autour de la Suédoise Greta Thunberg qui avait rassemblé des centaines de milliers de jeunes Européens a trouvé un écho dans les urnes. Les Verts allemands arrivent en deuxième position. Ils ont ainsi quasiment doublé leur score à 20,70%, contre 10,7% en 2014.  Cette tendance se confirme aussi en France où la liste Europe-Ecologie Les Verts prend la troisième place du podium avec 13,42% des voix, contre 8,9% en 2014. 

La fin du bipartisme

Le bloc de centre-droit PPE maintient sa première place avec 179 sièges, mais obtient un moins bon score qu'en 2014 où il occupait 221 sièges. Le groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates comptabilise 150 sièges au Parlement, contre 191 en 2014. Et le Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe dans lequel se trouve Renaissance occupera 105 sièges, contre 67 sièges en 2014.  

La percée des Verts leur permet d'occuper au sein du groupe des Verts/Alliance libre européenne 70 sièges, soit 18 sièges de plus qu'en 2014. La répartition des sièges au sein du Parlement est donc beaucoup plus éclatée entre différents groupes. 

*Estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et France Médias Monde.

Vous êtes à nouveau en ligne