Régionales : 60% des Français sont favorables à un front républicain

Un militant socialiste assiste au meeting du candidat aux élections régionales en région Haute-Normandie, Nicolas Meyer-Rossignol, à Val-de-Reuil (Eure), vendredi 30 octobre 2015. 
Un militant socialiste assiste au meeting du candidat aux élections régionales en région Haute-Normandie, Nicolas Meyer-Rossignol, à Val-de-Reuil (Eure), vendredi 30 octobre 2015.  (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Au cas où le PS arriverait en 3e position, derrière la droite et le Front national, six Français sur 10 souhaitent que le parti se retirent de la course. 

Quelle stratégie le Parti socialiste doit-il adopter dans les régions où il arriverait en 3e position derrière la droite et le FN, au premier tour des élections régionales ? Selon un sondage Odoxa publié vendredi 30 octobre, six français sur dix souhaitent que le PS ne se maintienne pas au second tour, au nom d'un "front républicain", ou qu'il fusionne avec les listes de droite.

Dans cette hypothèse, 60% des personnes interrogées souhaitent le désistement (33%) ou la fusion (27%) des listes socialistes avec celles de droite, selon cette enquête réalisée pour l'émission CQFD sur i-Télé et Paris-Match. Deux options qui divisent profondément la gauche. 

En revanche, 38% souhaitent "que le candidat socialiste se maintienne au second tour".

Une victoire du FN inquiète six électeurs sur dix

Dans une proportion quasi-identique, 62% des sondés se disent "plutôt inquiets" d'une victoire du FN dans "une ou plusieurs régions", mais tout de même 37% se disent "plutôt satisfaits", à l'évocation de cette hypothèse.

Lors des élections régionales des 6 et 13 décembre, le FN espère l'emporter dans les régions Nord-Pas-de-Calais/Picardie et Paca.

 

Enquête réalisée via internet les 29 et 30 octobre auprès de d'un échantillon de 1 001 personnes âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Vous êtes à nouveau en ligne