Régionales : Marine Le Pen veut éradiquer toute "immigration bactérienne"

La présidente du FN, Marine Le Pen, lors d\'une conférence de presse à Paris, le 13 juillet 2015.
La présidente du FN, Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse à Paris, le 13 juillet 2015. (MAXPPP)

Cette proposition, publiée par "La Voix du Nord", fait partie du programme électoral de la candidate Front national pour la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Marine Le Pen s'attaque aux questions de santé. La candidate Front national pour la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie aux élections de décembre, a présenté ses propositions pour améliorer la santé des Nordistes, mardi 10 novembre, dans La Voix du Nord. L'une d'entre elles consiste en "l'éradication de l'immigration bactérienne".

Selon l'eurodéputée, "les hôpitaux font face à la présence alarmante de maladies contagieuses non européennes, liées à l'afflux migratoire", ce qui représenterait "une mise en danger de la santé de nos compatriotes".

"Puant et immonde"

Cette déclaration a immédiatement fait réagir plusieurs personnalités politiques, dont l'ex-ministre socialiste de la Ville, François Lamy. Ce proche de Martine Aubry pointe du doigt "une xénophobie qui vire à la folie".

"Parler de santé et environnement en parlant de contamination bactérienne amenée par les migrants est juste puant et immonde", a rajouté Sandrine Rousseau, candidate écologiste à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

A la suite de cette polémique, le FN s'est défendu en assurant que cette proposition était le résultat d'une incompréhension du journaliste, rapporte La Voix du Nord. Or, ce n'est pas la première fois que l'eurodéputée lie risque sanitaire et migration. En septembre, lors de l'université d'été de son parti, elle avait déclaré : "Désormais, des migrants errent dans nos quartiers, autour des gares ou dans des bidonvilles, causant à la France d'immenses problèmes de salubrité."

Au sein de l'équipe de campagne de la candidate FN, certains justifient cette proposition : "De nombreuses déclarations médicales font état d'une recrudescence de maladies autrefois éradiquées en France et en Europe. Particulièrement à Calais, d'ailleurs, où le personnel hospitalier souffre et est submergé par un afflux migratoire entraînant des maladies qu'ils n'arrivent pas à endiguer", rapporte Le Figaro.

Pas de lien systématique entre migration et maladie

Pour Gregory Hartl, porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) cité par Euronews, il n'y a aucun lien systématique entre la migration et l'importation de maladies infectieuses. "Les maladies transmissibles sont principalement liées à la pauvreté. Les migrants sont exposés à des maladies qui sont courantes en Europe, et qui n’ont donc aucun lien avec la migration. (…) On a vu que ces virus affectaient en premier lieu les voyageurs réguliers, les touristes ou les personnels de santé."