Cambriolages, désordre... Une ancienne élue EELV dénonce une "ambiance de fin de règne" au siège de la région Paca

L\'élue EELV Sophie Camard à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 7 novembre 2015.
L'élue EELV Sophie Camard à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 7 novembre 2015. (MAXPPP)

Des incidents se multiplient à quelques jours de l'arrivée de Christian Estrosi, qui a remporté les élections régionales, affirme, mardi, Sophie Camard.

"Ambiance délétère à la région : les bureaux de nos collaborateurs cambriolés, des dossiers volés." Sophie Camard, ancienne conseillère régionale EELV en Provence-Alpes-Côte d'Azur, a dénoncé sur Twitter des incidents dans les bâtiments administratifs du conseil régional à Marseille (Bouches-du-Rhône), mardi 15 décembre. Des incidents qui se multiplient, selon elle, à quelques jours de l'arrivée de Christian Estrosi, qui a remporté les élections régionales, dimanche.

"Depuis le retrait de la liste socialiste [après le premier tour], il y a des déménagements tous azimut à l'hôtel de la région, explique Sophie Camard, contactée par francetv info. Je constate un laisser-aller généralisé, une vacance du pouvoir depuis ces derniers jours."

"Une ambiance de fin de règne"

Selon la présidente du groupe EELV à la région, qui doit laisser son poste d'ici à jeudi, plusieurs affaires personnelles ont "disparu" ces derniers jours, alors que des dossiers liés à la gestion de la région ont été "fouillés". "Une enquête est en cours avec les agents de sécurité, mais il n'y a pas eu d'effraction car les bureaux n'étaient pas fermés", assure-t-elle.

Sophie Camard considère que ces vols, loin d'être politiques, témoignent simplement de "l'ambiance de fin de règne" au siège de la région Paca. "Il n'y a plus de hiérarchie, insiste-t-elle. Des collaborateurs ont pris l'initiative de couper nos lignes téléphoniques puis nos boîtes e-mails. Nous avons dû appeler le directeur général des services pour y avoir accès."

Les collaborateurs devant quitter leurs fonctions rencontrent même des difficultés à remplir les obligations administratives avant leur départ. "Certains n'arrivent pas à obtenir les papiers à fournir à Pôle emploi, on sent que toute la machine administrative s'enraye, s'agace Sophie Camard. Avec le changement d'équipe, tout le monde se lâche."

Vous êtes à nouveau en ligne