VIDEO. "Fille de", "haine", "irresponsabilité"... Marine Le Pen vue par Emmanuel Macron

Au fur et à mesure de ses interventions, Emmanuel Macron dresse un portrait, peu flatteur, de Marine Le Pen. En vidéo, franceinfo a gardé un florilège des attaques du candidat d'En marche ! contre son adversaire du second tour de la présidentielle.

"Le vrai visage de l'extrême droite française", "Un nom que nous connaissons trop bien", "Un projet brutal"... En meeting ou en interview, Emmanuel Macron dresse petit à petit son portrait de Marine Le Pen, son adversaire pour le second tour de l'élection présidentielle, le 7 mai. Dernier exemple en date, son meeting du 1er-Mai, au cours duquel il a taclé la "grossièreté bien connue" de sa rivale frontiste.

Franceinfo a profité de cette campagne de l'entre-deux-tours pour analyser les occurences de citations de Marine Le Pen et du Front national dans les discours du candidat d'En marche ! Ce dernier n'hésite pas à attaquer à la fois le programme et la personne de son adversaire. La filiation des Le Pen, "de père en fille, de fille en nièce", est d'abord utilisée comme un argument par Emmanuel Macron. Ce dernier souligne la continuité au sein du parti, depuis son fondateur Jean-Marie Le Pen jusqu'à sa petite-fille Marion Maréchal, en passant par sa fille, deux fois candidate du FN à l'Elysée.

"Promesse de repli" et "guerre économique"

C'est ensuite le thème des valeurs qui revient souvent dans les mots d'Emmanuel Macron. Repli, rejet, rétrécissement sont des mots utilisés de manière récurrente. Ces valeurs sont jugées incompatibles avec la République. Tout comme le "projet de rétrécissement", "le projet brutal", "la promesse de repli" incarnés par les propositions du FN, considéré par le candidat arrivé en tête du premier tour comme un "parti de haine et de rejet de l'autre".

Le programme économique est enfin un aspect souvent évoqué par Emmanuel Macron pour mettre à mal son adversaire politique, avec deux exemples précis : le protectionnisme économique et la sortie de l'euro proposés par la candidate du FN. L'ancien ministre de l'Economie emploie même les mots de "guerre économique" pour résumer les conséquences du programme frontiste.

Si Emmanuel Macron n'est pas tendre avec son adversaire, Marine Le Pen a elle aussi la dent dure contre le candidat d'En marche !.

Vous êtes à nouveau en ligne