Présidentielle : leader de l'opposition, candidat aux législatives... Que va devenir Jean-Luc Mélenchon ?

Le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, le 23 avril 2017, à Paris, au soir du premier tour de l\'élection présidentielle. 
Le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, le 23 avril 2017, à Paris, au soir du premier tour de l'élection présidentielle.  (BERTRAND GUAY / AFP)

Le candidat de la France insoumise, arrivé quatrième du premier tour, loin devant le PS, peut se féliciter pour sa bonne campagne. Mais difficile de savoir quel rôle il va endosser lors des prochaines semaines.

Le visage grave, la mine déçue, Jean-Luc Mélenchon a tout de même lâché quelques sourires à la fin de son discours, dimanche 23 avril au soir, au bar Belushi's, dans le 10e arrondissement de Paris. Face à ses partisans, le candidat de la France insoumise, arrivé quatrième avec 19,58% des suffrages au premier tour, a lourdement critiqué "les médiacrates et les oligarques" qui jubilent.

>> Réactions, résultats... Suivez toute l'actualité de la présidentielle après le premier tour

"Rien n'est si beau pour eux qu'un second tour entre deux candidats qui approuvent et veulent prolonger, les deux, les institutions actuelles, qui n'expriment aucune prise de conscience écologique (...) et qui, les deux, comptent s'en prendre, une fois de plus, aux acquis sociaux les plus élémentaires de ce pays", a-t-il déclaré, en s'en prenant aux deux finalistes, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Le député européen n'a donné aucune consigne de vote, mais va consulter les 450 000 personnes qui ont soutenu sa candidature sur la plateforme internet de son mouvement. La consultation se déroulera de mardi à vendredi midi, a annoncé sur Europe 1 Raquel Garrido, la porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Passé cette échéance, que fera l'ancien sénateur ? Franceinfo a interrogé plusieurs de ses soutiens. 

"Il faut qu'il y ait des élus insoumis à l'Assemblée"

"Il y a les législatives." La voix un peu fatiguée, Pierre, animateur de la France insoumise dans le 19e arrondissement de Paris, pense d'abord aux élections législatives de juin lorsqu'on évoque l'avenir du mouvement et de Jean-Luc Mélenchon. "On a préparé nos candidats sur la circonscription pour les législatives, on va faire le point demain soir car tout le monde va se bagarrer pour ces élections, renchérit Françoise, sa collègue du 15e arrondissement. Il faut qu'il y ait des élus insoumis à l'Assemblée nationale. La continuité, c'est les législatives." 

Quel rôle jouera Jean-Luc Mélenchon dans cette bataille ? L'ex-candidat à la présidentielle pourrait-il lui-même se présenter ? "Ce n'est pas prévu, balaye son porte-parole, Alexis Corbière, interrogé par franceinfo. Pour les législatives, on présente des candidats dans beaucoup de circonscriptions. On va discuter de tout ça aujourd'hui". 

Jean-Luc Mélenchon va jouer un rôle important dans la bataille des législatives. Il était l'élément moteur de cette campagneAlexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchonà franceinfo

Le futur leader de l'opposition à gauche ? 

Mais après les législatives, quelle place pourrait occuper Jean-Luc Mélenchon ? Difficile d'être précis. Même ses soutiens n'en savent rien. "Il est compliqué de répondre à cette question, reconnaît Françoise, la militante du 15e arrondissement. Il a été l'épine dorsale de ce mouvement. Mais il faut aussi tenir compte de ce qu'il souhaite car une campagne, c'est très long et très lourd. Il faudrait qu'il puisse continuer à être le penseur de ce mouvement, assure-t-elle. Avant d'ajouter : "Et en même temps, il faut mettre en place des cadres nouveaux, des personnes nouvelles pour une transmission dans deux ou trois ans." Surtout qu'en 2022, date de la prochaine élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon aura 71 ans, un âge avancé pour être à nouveau candidat.

Pour autant, Jean-Luc Mélenchon pourrait avoir un rôle déterminant à gauche dans les prochaines semaines. "Il a un capital de 20% des suffrages. Il se positionne dans un rapport de force favorable dans ce qui va être un processus de recomposition à gauche", décrypte pour franceinfo Eddy Fougier, politologue, chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris) et observateur attentif de la vie du Front de gauche. 

Il est bien placé pour devenir le leader l'opposition à gauche face à Emmanuel Macron.Eddy Fougier, politologueà franceinfo

"Il représente trois fois le score de Benoît Hamon. Celui qui a le plus les moyens d'influencer les restructurations à gauche, c'est lui", appuie le politologue. 

Quid de la France insoumise

Si Jean-Luc Mélenchon peut espérer devenir le principal adversaire d'Emmanuel Macron, quid de son mouvement ? Au sein de la France insoumise, on veut croire en son avenir. "Le mouvement peut continuer à se développer, il est porteur d'un enthousiasme génial, confie Alexis Corbière. J'ai plein de petites idées, tout ça va se mettre en œuvre."

Le mouvement peut survivre à Jean-Luc Mélenchon, car il ne lui appartient plus.Pierre, animateur de la France insoumise à Parisà franceinfo

Le politologue Eddy Fougier se montre dubitatif. "La personnalité de Mélenchon a été l'un des gages de son succès, mais c'est aussi un obstacle, on l'a vu au Front de gauche [le précédent mouvement de Jean-Luc Mélenchon lors de la présidentielle de 2012] où des communistes avaient du mal avec ce culte de la personnalité." "La France insoumise peut-elle survivre au mélenchonisme et à Mélenchon ?", s'interroge-t-il. 

Enfin, reste la question de la transformation du mouvement. "A un moment donné, il faut qu'il se structure, ne serait-ce que pour des questions économiques, analyse Eddy Fougier. La France insoumise deviendra-t-elle un parti politique ou une coalition comme Syriza, en Grèce ?" Pour le moment, nul ne le sait.