Présidentielle : José Bové appelle à voter "sans aucune retenue" pour Emmanuel Macron au second tour

L\'eurodéputé José Bové, le 20 février 2015, à Lyon. 
L'eurodéputé José Bové, le 20 février 2015, à Lyon.  (CITIZENSIDE / NICOLAS LIPONNE / AFP)

Dans une tribune publiée vendredi dans le journal "Libération", José Bové s'oppose à l'abstention et au vote blanc au second tour de la présidentielle le 7 mai et appelle à voter Emmanuel Macron pour contrer Marine Le Pen. 

José Bové appelle à voter "sans aucune retenue pour Emmanuel Macron", au second tour de l'élection présidentielle le 7 mai, dans une tribune publiée vendredi 28 avril dans le journal Libération.

Le "ni-ni" devenu "tendance"

Selon le député européen altermondialiste, "il est de la responsabilité de chacun de dire et de faire" pour contrer Marine Le Pen. "Ainsi, j’appelle sans ambiguïté et sans aucune retenue à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la Présidentielle", poursuit-il.

José Bové déplore le "ni-ni", devenu "tendance, voire révolutionnaire, écologiste, altermondialiste, insoumis..." "J'appelle celles et ceux qui se reconnaissent dans l'écologie, l'altermondialisme et l'Europe, à construire des ponts et à continuer à faire avancer nos combats concrets à Notre-Dame-des-Landes ou à Bure", explique José Bové. Il dit "s'opposer à la compétition tous azimuts et à la transformer en solidarité pour défendre l'avenir d'une humanité sur notre planète".

Jean-Luc Mélenchon dans le viseur

"Que s'est-il passé pour qu'on en soit arrivé là ?", s'interroge José Bové en comparant les nombreux appels à voter Jacques Chirac qui avaient suivi le 21 avril 2002, lorsque le candidat frontiste, Jean-Marie Le Pen, s'était qualifié face au président sortant, avec la situation actuelle, où "l'abstention ou le vote blanc seraient 'tendance'."

José Bové critique également, sans toutefois le nommer, Jean-Luc Mélenchon. Le leader de la France insoumise doit s'exprimer ce vendredi à 11 heures, mais il s'est refusé pour le moment à donner une consigne de vote. "Que s'est-il passé pour que le puriste de gauche, vexé que pas plus de 'gens' n'aient voté pour lui, refuse de jouer son rôle et d'appeler à voter sans ambiguïté contre Marine Le Pen?", s'interroge-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne