Présidentielle : Emmanuel Macron arrive en tête dans la majorité des mairies FN

Marine Le Pen sort de l\'isoloir à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), dimanche 7 mai 2017 lors du second tour de l\'élection présidentielle.
Marine Le Pen sort de l'isoloir à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), dimanche 7 mai 2017 lors du second tour de l'élection présidentielle. (ALAIN JOCARD / AFP)

La seule large victoire de Marine Le Pen se trouve dans son fief d'Hénin-Beaumont.

La défaite est large et n'épargne pas les bastions frontistes. Marine Le Pen a été battue au second tour de l'élection présidentielle par 33,9% des voix, contre 66,1% pour Emmanuel Macron, selon les résultats définitifs annoncés lundi 8 mai par le ministère de l'Intérieur. Et dans six des onze mairies remportées par le Front national en 2014, la candidate frontiste est devancée par son concurrent.

Largement battue à Marseille et à Mantes-la-Ville

Dans le septième secteur de Marseille (13e et 14e arrondissements), où le frontiste Stéphane Ravier avait été été élu en 2014 à la faveur d'une triangulaire, Marine Le Pen subit un sévère revers : elle a ainsi récolté 43,32% des voix des habitants du 13e arrondissement, et seulement 35,4% de ceux du 14e

A Mantes-la-Ville (Yvelines), seule ville d'Ile-de-France remportée par le FN lors des dernières municipales, Emmanuel Macron dépasse son score national. Il obtient 68,04% des voix, contre 31,96%.

Le candidat d'En marche ! est également en tête à Béziers (52,69%), où Robert Ménard avait été élu avec le soutien du FN. L'écart entre les deux finalistes est sensiblement le même à Hayange (Moselle).

Au Pontet (Vaucluse) et à Villers-Cotterêts (Aisne), le score est beaucoup plus serré mais reste à l'avantage du président élu, qui obtient respectivement 50,8% et 50,18% des suffrages.

En tête à Hénin-Beaumont et au Luc

Consolation pour Marine Le Pen : le Front national est largement en tête à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où Steeve Briois avait été élu en 2014. Elle y récolte 61,56% des suffrages. L'écart est également significatif en sa faveur dans les villes du Luc (Var) et de Beaucaire (Gard), avec 56,64% et 55,47% des voix.

Mais à Cogolin et Fréjus (Var), deux autres mairies tenues par le FN, la candidate frontiste ne dépasse son rival que d'une courte tête. Quelque 200 voix la séparent d'Emmanuel Macron dans la première (51,92% contre 48,08%), et elle n'obtient que 50,71% des voix dans la seconde.