Nicolas Hulot annonce qu'il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle de 2017

L\'écologiste Nicolas Hulot lors de la COP21, au Bourget (Seine-Saint-Denis), le 11 décembre 2015. 
L'écologiste Nicolas Hulot lors de la COP21, au Bourget (Seine-Saint-Denis), le 11 décembre 2015.  (DOMINIQUE FAGET / AFP)

L'ancien animateur a été un temps pressenti pour être un candidat écologiste en 2017. 

"Après mûre réflexion et nombre de consultations depuis plusieurs mois, j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle." En ces termes, Nicolas Hulot a annoncé sur sa page Facebook, mardi 5 juillet, qu'il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle

"Conscient de l’attente et de l’espoir que certains ont placés en moi, je ne pouvais écarter d’un revers de main cette hypothèse. Mais l'honnêteté m'oblige à ne pas nourrir plus longtemps une attente que je ne pourrai satisfaire", a-t-il ajouté. "Ce que je ne peux pas, c'est endosser l'habit de l'homme providentiel et présidentiel. Je ne me sens ni suffisamment armé, ni suffisamment aguerri pour cela", explique dans ce communiqué l'ancien envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète.

Crédité de 9 à 11% des intentions de vote

Des voix s'étaient élevées au sein des écologistes pour pousser l'ancien animateur de télévision à se présenter en 2017, bien qu'il ait été échaudé par le scrutin interne à Europe Écologie-Les Verts (EELV) qui, en 2011, l'avait vu perdre face à Éva Joly. Cette fois, Nicolas Hulot avait entretenu le suspense sur sa candidature en se gardant de dévoiler ses intentions. 

Il s'était contenté de préciser son calendrier. "Je choisirai une option à l'automne et, qui sait, peut-être bien avant", avait-il assuré à Libération. L'écologiste, toujours très populaire en France, était alors crédité de 9% à 11% des intentions de vote dans les sondages.

Le nouveau secrétaire national d'EELV David Cormand, comme l'ancienne ministre du logement Cécile Duflot, souhaitaient qu'il se lance. L'ancienne dirigeante du parti, qui a également des ambitions présidentielles, avait assuré qu'elle laisserait la place à l'ancien envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète. Lors de son congrès en juin, EELV a rejeté l'idée d'une primaire de toute la gauche pour appeler à une candidature écologiste en 2017 issue ou non de ses rangs.

Vous êtes à nouveau en ligne