Le combat désespéré de Benoît Hamon contre le "vote utile"

Benoît Hamon, candidat socialiste à l\'élection présidentielle, le 5 avril 2017 lors d\'un meeting à Nancy (Meurthe-et-Moselle).
Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, le 5 avril 2017 lors d'un meeting à Nancy (Meurthe-et-Moselle). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Les soutiens du candidat socialiste ne parviennent pas à dissuader les électeurs de gauche qui choisissent Macron pour éviter un second tour Le Pen-Fillon.

"C'est une campagne difficile, n'ayons pas peur de le dire." La petite phrase, lâchée par Christian Eckert en ouverture du meeting de Benoît Hamon à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mercredi 5 avril, en dit long sur le moral des troupes. Outre le secrétaire d'Etat au Budget, régional de l'étape, il y a là, pour soutenir le candidat socialiste à la présidentielle, la Mosellanne Aurélie Filippetti, beaucoup d'élus locaux et aussi Cécile Duflot. Les ténors du PS, eux, se font toujours aussi discrets dans cette campagne qui ne décolle pas.

Cerné par les vents contraires, pris en étau entre le favori Emmanuel Macron et l'outsider Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon reste invariablement scotché en cinquième position dans les sondages, parfois sous la barre peu flatteuse des 10%. Officiellement, son staff ne veut pas dramatiser la situation et promet de mettre les bouchées doubles pour marteler ses thèmes fétiches : travail, santé, pouvoir d'achat…

"Il y a encore beaucoup d'indécis", veut croire l'un de ses proches. "Et de ce que je peux voir sur le terrain, je le vois plutôt finir à 15-20%, qu'à 10%", s'avance-t-il, imaginant Benoît Hamon inverser la tendance face à Mélenchon ou profiter d'une éventuelle dégringolade d'Emmanuel Macron. "Plus ça va, plus je suis confiant", a aussi déclaré Benoît Hamon à l'occasion d'un petit bain de foule devant la "caravane du revenu universel", qui faisait étape mercredi sur une place de Nancy.

"Les gens sont obnubilés par les sondages"

Mais en réalité, plus grand monde parmi ses partisans ne pense que le vainqueur de la primaire de la gauche puisse, dans moins de trois semaines, se qualifier pour le second tour. A Nancy, les 2 000 militants – dont beaucoup de jeunes – venus l'applaudir ont beau donner de la voix et agiter les drapeaux, ils ne sont guère optimistes quant à l'issue du scrutin. Diego, qui dit voir en Benoît Hamon "le seul candidat" pour qui il puisse voter, est de ceux-là. "Je ne suis pas très confiant", euphémise cet étudiant nancéien.

Dans les gradins du Zénith, Christophe, un militant hamoniste de la première heure, assure que sur le terrain, "l'accueil n'est pourtant pas mauvais". Le problème, analyse-t-il, "c'est que les gens sont obnubilés par les sondages". "Certains électeurs nous expliquent qu'ils préfèrent voter Macron pour ne pas se retrouver avec Fillon et Le Pen au deuxième tour, ce qui serait une catastrophe absolue. D'autres nous disent qu'ils sont en train de devenir mélenchonistes", raconte-t-il, un brin dépité.

"Il y a un décalage entre ce qu'on ressent sur le terrain et les intentions de vote", observe aussi la députée PS de Moselle Paola Zanetti. "Les gens considèrent Benoît Hamon comme quelqu'un d'honnête et sincère, qui fait des propositions intéressantes, mais beaucoup hésitent à cause du danger FN. A ceux-là, je dis : 'Prenez du recul, éteignez la télé, lisez et choisissez le programme que vous voulez voir mis en œuvre pour vous et vos enfants'".

Hamon a "l'impression d'être dans une lessiveuse"

"Je ne rencontre pas un seul électeur de gauche qui envisage de voter Macron par adhésion. Leur seule motivation, c'est le vote utile", confirme Mathieu Hanotin, le directeur de campagne du candidat. "Ce n'est même pas le vote utile, c'est le vote tactique", regrette pour sa part Cécile Duflot.

Pour la députée écologiste, si Benoît Hamon n'est pas aujourd'hui à la place d'Emmanuel Macron dans les sondages, c'est en grande partie à cause du calendrier très tardif de la primaire, "imaginé sur mesure pour permettre à François Hollande d'être candidat", mais aussi à cause d'un "sabotage de la part d'un certain nombre d'élus PS". "Le parti a été pris de court. Tout le monde pensait que Hollande serait candidat, le PS ne s'attendait donc pas à devoir gérer une campagne", explique, plus diplomate, un membre de l'équipe Hamon pour justifier le manque de soutien dont il est victime.

Benoît Hamon veut encore y croire. Pour lui, l'heure n'est pas à refaire l'histoire ou à trouver des explications à sa campagne qui patine. Sur scène, poussé par un public chaleureux, le candidat, qui a mis de côté son discours pour parler en mode "stand-up", multiplie les piques contre Emmanuel Macron et François Fillon. Mais entre deux saillies, il laisse parfois percer son amertume. "Dans cette campagne, on a l'impression d'être dans une lessiveuse, soumis à cette logique du court-terme", décrit-il. Comme s'il avait déjà fait le deuil d'une campagne où la stratégie électorale et les affaires avaient définitivement pris le pas sur le débat d'idées.

Vous êtes à nouveau en ligne