Journalistes agressés, Estrosi sifflé… Trois incidents qui ont émaillé le meeting de François Fillon à Nice

François Fillon, le candidat des Républicains à la présidentielle, en meeting à Nice (Alpes-Maritimes), le 17 avril 2017.
François Fillon, le candidat des Républicains à la présidentielle, en meeting à Nice (Alpes-Maritimes), le 17 avril 2017. (VALERY HACHE / AFP)

L'ambiance était très tendue à Nice, lundi, à l'occasion d'une réunion publique organisée par le candidat de la droite. Franceinfo vous résume ce qu'il s'y est passé.

Des sifflets, des huées visant Christian Estrosi, président de la région Paca, sans oublier des journalistes bousculés. L'atmosphère était particulièrement tendue lors du dernier meeting de François Fillon à Nice (Alpes-Maritimes), lundi 17 avril. Franceinfo vous résume ce qu'il s'est passé dans et autour du palais Nikaia.

L'ex-maire de Nice Christian Estrosi sifflé 

Christian Estrosi n'était pas le bienvenu chez lui. Premier à monter sur la scène du palais Nikaia, l'ancien maire de Nice, pourtant soutien officiel de François Fillon, a été copieusement sifflé par le public. Rien que l'annonce de son nom a été accueillie par des huées. Et son discours a régulièrement été couvert par des "Fillon, Fillon !" 

L'ambiance est montée d'un cran lorsque le président de la région Paca s'est attaqué à la famille Le Pen, et notamment aux dernières déclarations de la présidente du FN sur la rafle du Vél' d'Hiv.

EQUIPE DE CAMPAGNEE DE FILLON

Visiblement, le public n'avait pas oublié l'entrevue de Christian Estrosi, il y a quelques jours, avec Emmanuel Macron. Encore moins ses propos tenus le 31 mars pour demander à François Fillon de se retirer de l'élection présidentielle après l'annonce de sa mise en examen. Une position qui lui avait déjà valu des sifflets lors d'un meeting à Toulon. 

"Ce soir, nous sommes à Nice, dans cette région dans laquelle, au nom du gaullisme auquel j'appartiens depuis le premier jour de ma vie politique, je crois ne jamais avoir sali ma famille politique", a lancé Christian Estrosi à l'assistance pour se défendre. Cela n'a pas suffi, et François Fillon a dû intervenir en posant la main sur l'épaule de son soutien. Le candidat de la droite a ensuite demandé, au cours de son discours à la tribune, d’applaudir le président de la région ainsi que les autres élus présents.

Des journalistes de Buzzfeed menacés par le service d'ordre de Fillon

Cette fois, la scène se passe à l'extérieur du palais Nikaia. Deux journalistes du site Buzzfeed filment l'évacuation d'opposants qui viennent de crier "Rends l'argent !" pendant le discours de François Fillon. Mais leur présence ne semble pas plaire au service d'ordre. Plusieurs vigiles "agrippent" l'un des journalistes "par le col et par les bras", "en le menaçant physiquement" et "en exigeant qu'il efface [sa] vidéo". Ce qu'il refuse de faire.

Il faut l'intervention d'un proche de François Fillon pour que la situation se calme. "Vous arrêtez maintenant, lance l'homme aux agents de sécurité. Je suis chef de cabinet du candidat donc vous arrêtez maintenant." 

Une journaliste de BFMTV visée par des crachats

Des bousculades, mais pas seulement. Une autre journaliste raconte avoir été prise à partie pendant ce meeting. Hortense Gérard, qui travaille pour BFMTV, explique sur Twitter avoir reçu des crachats. 

Une agression aussitôt condamnée sur Twitter par Christian Estrosi, président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Vous êtes à nouveau en ligne