Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian sur le point d'annoncer publiquement son ralliement à Emmanuel Macron

Jean-Yves Le Drian, le 18 mars 2017, à Paris.
Jean-Yves Le Drian, le 18 mars 2017, à Paris. (BENJAMIN CREMEL / AFP)

Le ministre de la Défense a annoncé sa décision à des élus du Conseil régional de Bretagne, selon plusieurs de ses proches.

Les rumeurs qui couraient depuis plusieurs semaines sont sur le point d'être officialisées. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, va annoncer publiquement son soutien à Emmanuel Macron dans une interview au journal Ouest-France, à paraître vendredi 24 mars, ont indiqué certains de ses proches à l'AFP. Il a déjà annoncé la nouvelle à des élus du Conseil régional de Bretagne. Suivez la situation en direct.

 Macron réagit avant même l'annonce. "Je suis toujours heureux qu'il y ait des femmes et des hommes de conviction qui nous rejoignent", a déclaré le candidat d'En Marche !, jeudi, lors d'un déplacement dans l'Yonne.

Les porte-parole de Benoît Hamon dénoncent ce choix. "Jean-Yves Le Drian ne respecte pas le vote des électeurs de gauche", réagissent-ils dans un communiqué. "Il n'est pas acceptable, en démocratie, que des responsables politiques ne s'accommodent du vote des électeurs que lorsque celui-ci leur convient".

 Thierry Braillard a déja annoncé son ralliement, plus tôt dans la journée. "C'est un choix de conviction. Ce n'est pas un choix d'opportunisme", a affirmé le secrétaire d'Etat aux Sports. Deux membres du gouvernement avaient déjà rejoint Macron, dont Barbara Pompili, la secrétaire d'Etat à la Biodiversité, il y a trois jours sur franceinfo. 

23h41 : On voit que Fillon est aux abois. Il attaque le Président dans une tentative de quitte ou double en esperant gagner quelques points. Je crains que cela se retourne contre lui si il n'a pas de preuves solides.

23h41 : Un menteur tout simplement.

23h41 : Monsieur Fillon, avec ce déni, ces mensonges et ces accusations fondées sur un article de journal, n'êtes vous pas entrain de provoquer vous-même votre "suicide politique"?

23h40 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à réagir aux accusations formulées par François Fillon sur le président de la République.

23h34 : Le co-auteur du livre cité par François Fillon, Didier Hassoux, a réagi auprès de franceinfo. "On n'a jamais écrit ça, dit-il. Mon livre est instrumentalisé" par François Fillon, dénonce ce journaliste du Canard enchaîné.

23h27 : Un journaliste affirme sur Twitter qu'il a contacté Didier Hassoux, l'un des auteurs du livre cité par François Fillon pour attaquer François Hollande. "Aucun PDF de notre livre n'est disponible", déclare Didier Hassoux, alors que le candidat de la droite a affirmé avoir lu une version PDF de l'ouvrage.

23h21 : Mr Fillon accuse le président de la République alors que ce sont les journaux qui ont dévoilé ses détournements. C'est un escroc, un menteur, il ne doit surtout pas être élu président de la République car avec son ami Sarkozy. Ils seront au premier plan pour piller l'état, les Français. Il ne peut pas être élu avec toutes ses casseroles.

23h21 : Je soutiens totalement François Hollande face à la tentative de Mr Fillon de le mêler aux malversations auxquelles ce dernier s'adonne.

23h21 : Hollande devrait faire attention !!! Danger avec ses airs de ne pas y toucher !

23h21 : Hollande devrait faire attention !!! Danger avec ses airs de ne pas y toucher !

23h21 : François Fillon en parlant de cabinet noir se decridibilise une fois de plus.

23h21 : Tellement facile de parler de complot... C'est un fantasme qui fait partie du discours d'extrême droite, c'est dangereux et ça déstabilise la démocratie.

23h21 : Toujours beaucoup de commentaires ce soir. Vous réagissez en nombre aux accusations de François Fillon. Sur la base d'un livre, la candidat a reproché au président de la République d'être à la tête d'un cabinet noir chercheant à le destabiliser.


23h17 : "Votre spectacle est très réussi depuis quelques mois !" La chronique grinçante de Charline Vanhoenacker a fait rire (jaune) François Fillon.





23h08 : Charline Vanhoenacker vient conclure l'émission avec sa "Carte blanche". La dernière fois, en octobre dernier, l'humoriste avait peiné à arracher un sourire au candidat.

23h07 : "Depuis 2012, et c'est un fait établi, l'exécutif n'est jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire et a toujours respecté strictement l'indépendance de la magistrature", ajoute l'Elysée dans un communiqué après les accusations de François Fillon.

23h06 : François Fillon est interrogé sur le nom de son futur Premier ministre. Il avait promis initialement d'annoncer le nom de ses principaux ministres quatre mois avant l'élection. Il a discrètement enterré cette promesse expliquant sur Europe 1 que les récentes affaires avaient entraîné "des tensions au sein de ma propre famille politique".

23h04 : C'est un score nettement plus faible que d'habitude : seuls 28% des Français ayant regardé l'émission disent avoir été convaincus par François Fillon, selon un sondage Harris Interactive réalisé ce soir. C'est moins que Jean-Luc Mélenchon (37%), Benoît Hamon (39%) ou Marine Le Pen (41%), venus ces dernières semaines expliquer leurs projets.



23h04 : "Je ne veux pas jouer la corde des sentiments." Critiqué par des internautes pour avoir comparé sa situation à celle de Pierre Bérégovoy, François Fillon a réagi. "C'est une épreuve d'une extrême violence. Il y a des moments où on a le sentiment d'être dans une impasse, face à un mur, de n'avoir aucune porte de sortie, aucune manière de faire triompher la vérité, d'être acculé."

23h03 : Sur franceinfo, l'un des coauteurs du livre cité par François Fillon pour accuser François Hollande a démenti l’instrumentalisation du chef de l'Etat, assurant qu'il n'y avait "pas de cabinet noir".

23h01 : "Déclenchez une enquête. Il y a une enquête sur l'emploi de ma femme, déclenchez une enquête sur les allégations du Canard enchaîné concernant François Hollande", a demandé François Fillon."La justice va trancher. Pourquoi est-ce qu'elle ne trancherait pas dans le cas de François Hollande ?", a ajouté le candidat.

22h55 : Bravo Aurélie Filippetti qui déstabilise Fillon...

22h55 : Pauvre femme...aucune analyse, uniquement de la diffamation... la gauche en marche arrière ...

22h55 : Aurélie Filippetti est très bonne ce soir.

22h56 : Dans les commentaires, vous réagissez au débat entre François Fillon et Aurélie Filippetti.

22h55 : "En Allemagne, je n'aurais pas été mis en examen, parce que la justice ne se conduirait pas comme ça, et parce qu'il n'y a pas de cabinet noir en Allemagne. Madame Merkel, elle ne manipule pas."

22h54 : Plus tôt dans "L'Emission politique", François Fillon a mis en cause le président de la République. "Un livre sort ces jours-ci, écrit par des journalistes sur le ministère de l'Intérieur. Il explique que François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau", a-t-il déclaré; demandant qu'une "enquête soit ouverte".

22h51 : François Hollande "condamne avec la plus grande fermeté les allégations mensongères" de François Fillon.

22h49 : François Fillon vient de citer l'Allemagne en exemple, arguant que notre voisin a retrouvé le plein emploi. Le magazine Challenges estime que ce bon résultat est en trompe l'oeil.

22h48 : "On n'a pas mis en place une politique de relance de l'économie française suffisante."

François Fillon admet ne pas être aller assez loin en tant que Premier ministre, entre 2007 et 2012, sur "les 35 heures, l'ISF et la modification de la fiscalité du capital", cite-t-il. "On n'est pas allé au bout du raisonnement."

22h47 : François Fillon vient de dire que François Hollande avait lui aussi mis en place une TVA sociale, après avoir supprimé celle de Nicolas Sarkozy. Le blog "Lui président", qui passe au crible les promesses du président Hollande pendant le quinquennat, donne en partie raison à François Fillon.

22h43 : "A partir du moment où je suis innocent, cette autorité [de président de la République] ne peut pas être mise en cause."

22h43 : Sur Twitter, la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem accuse François Fillon de mentir sur la disparition de périodes historiques dans les programmes scolaires. François Fillon a évoqué tout à l'heure la suppression de Jeanne d'Arc des programmes.

22h40 : "Votre programme est très dur avec les plus faibles de nos citoyens, et il est très faible, très complaisant, avec les puissants", tacle Aurélie Filippetti.

22h37 : L'heure du duel politique est arrivée. La députée socialiste Aurélie Filippetti reproche à François Fillon d'être le "candidat des riches". L'ancienne ministre souhaite notamment débattre de la suppression de l'ISF et du projet de réforme de la Sécurité sociale du candidat Fillon.

22h37 : Sur Twitter, les soutiens de François Fillon n'ont pas du tout appréciée l'invitée surprise de "L'Emission politique". De nombreux députés fillonistes s'en prennent à Christine Angot, qui a vivement pris à partie le candidat de la droite.


22h37 : "Mettez Alain Madelin et Robert Hue dans la même pièce et demandez leur de construire un programme. Vous verrez qu'on est dans l'utopie."

22h39 : Les nouveaux soutiens d'Emmanuel Macron "sont la démonstration qu'il ne peut pas diriger le pays et qu'il ne trouvera pas de majorité, entre Alain Madelin et Robert Hue."





22h33 : Emmanuel Macron a reçu le soutien de plusieurs personnalités politiques de droite, comme Dominique Perben aujourd'hui, mais aussi Jean-Paul Delevoye, Anne-Marie Idrac et François Bayrou.

22h33 : Face à François Fillon, Steeve Briois assurait qu'entre 2007 et 2012, le nombre de demandeurs d'asile a augmenté de 75%. Le chiffre est exact, il est issu d'un rapport d'experts rendu à Matignon en 2013, comme le rappelle cet article de RFI.

22h31 : "Marine Le Pen ne fait que des discours sur l'immigration, il n'y a aucune mesure. Moi je propose une politique réfléchie qui fonctionne dans d'autres pays démocratiques."

22h29 : Steeve Briois vient d'affirmer qu'entre 2007 et 2012, "un million" d'étrangers sont arrivés en France. Comme le montre cet article des Echos, ce chiffre est surestimé.

22h28 : "La politique des quotas, c'est la première fois qu'elle est proposée dans le débat présidentiel."

22h27 : "Les promesses de François Fillon en matière d'immigration n'ont pas beaucoup d’échos chez nous. Nous avons de la mémoire, ses promesses ressemblent en tout point à celle de 2007. Et rien n'a été tenu, ni en matière de lutte contre l'immigration clandestine, ni en matière de maîtrise de l'immigration légale", lance Steeve Briois.

Vous êtes à nouveau en ligne