"Je me suis laissé porter" : l'homme à la casquette raconte comment il s'est retrouvé derrière Emmanuel Macron

Morgan Simon, au centre avec la casquette, chante la \"Marseillaise\" avec Emmanuel Macron, devant la pyramide du Louvre, à Paris, le 7 mai 2017.
Morgan Simon, au centre avec la casquette, chante la "Marseillaise" avec Emmanuel Macron, devant la pyramide du Louvre, à Paris, le 7 mai 2017. (FRANCE 2)

Morgan Simon, 31 ans, un militant d'En marche !, a connu son heure de gloire pendant le discours de victoire d'Emmanuel Macron, devant la pyramide du Louvre, dimanche soir. Il raconte à franceinfo comment il a vécu ces instants.

Mais qui est l'homme à la casquette ? C'est la principale question que se posaient de nombreux internautes quelques minutes après le discours d'Emmanuel Macron, dimanche 7 mai, devant la pyramide du Louvre. En pleine Marseillaise, l'irruption de ce jeune homme derrière le nouveau président de la République n'est pas passée inaperçue. "Je me suis laissé porter par le moment", explique l'intéressé à franceinfo.

> Découvrez le résultat de la présidentielle dans votre commune.

Militant du mouvement En marche ! en Loire-Atlantique, Morgan Simon est un habitué des meetings du candidat, lorsqu'il ne vend pas des pizzas dans son restaurant, à Nantes. "J'ai fait 25 meetings, j'ai parcouru toute la France. Je suis bénévole, j'aide à mettre en place les salles", raconte-t-il. Mais ce dimanche 7 mai, son rôle a un peu évolué. "Ils ont proposé à des gens de monter avec Emmanuel Macron pour chanter La Marseillaise, j'étais là par hasard, je suis monté", poursuit-il.

"Je n'ai pas pensé que j'avais une casquette"

Pas timide, il s'installe au centre de l'image. "Il n'y avait personne derrière lui, je me suis mis là sans réfléchir. Je n'ai pas pensé que j'avais une casquette. C'est vrai que j'aurais dû faire attention, mais c'est mon style de tous les jours, ce n'était pas voulu", retrace-t-il, en précisant que personne ne lui a fait de reproches après la séquence. Il promet qu'il n'a pas cherché à se faire remarquer.

Ce n'est pas du tout mon but, cela me fait rire, je me suis engagé pour aider à la campagne, je n'ai pas cherché la gloire.Morgan Simon, militant d'En marche !à franceinfo

Depuis ce quart d'heure de gloire, il est l'objet de nombreuses sollicitations et de détournements sur les réseaux sociaux. "Cela fait très bizarre, on rigole très souvent des autres, quand c'est soi-même, on rigole moins, après, c'est bon enfant", témoigne-t-il.

Sur scène, il a eu le temps de féliciter son champion pour son élection à la présidence. Mais ce néophyte de la politique ne compte pas s'arrêter là. "Il y a les législatives, je vais faire la campagne dans mon département" pour une candidate, indique-t-il. Avant cela, Morgan Simon compte tout de même fêter cette victoire : "Ce qu'on a fait est fou".