EN IMAGES. Présidentielle : vis ma vie de Benoît Hamon, en 12 gifs animés

Le candidat socialiste à l\'élection présidentielle, Benoît Hamon, sur France Inter.
Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, Benoît Hamon, sur France Inter. (FRANCE INTER)

Projet difficilement audible, défections au profit d'Emmanuel Macron, sondages en berne... A moins d'un mois du premier tour, la campagne de Benoît Hamon vire au calvaire.

"Présidentielle : le coup de blues de Benoît Hamon" (Le Parisien), "Benoît Hamon, une campagne dans l'indifférence générale" (Europe 1), "Les cinq handicaps qui plombent la campagne de Benoît Hamon" (Slate), "Le vote utile est-il en train de pourrir la campagne de Benoît Hamon ?" (20 Minutes), "Dans l'entourage de Benoît Hamon, la confusion et l'inquiétude (Le Monde), "Benoît Hamon ou la crainte du dévissage" (Le JDD)… A moins d'un mois du premier tour, le candidat socialiste à l'élection présidentielle traverse un moment pour le moins compliqué. 

Projet difficilement audible, défections en série au profit d'Emmanuel Macron, sondages en berne... Sa campagne vire au calvaire. Alors que Manuel Valls a renié son engagement de la primaire, et annoncé mercredi 29 mars qu'il voterait Macron dès le premier tour, franceinfo vous résume la vie de Benoît Hamon en douze gifs animés.

Quand j'étais à 3% dans les sondages pour la primaire

Quand j'ai grillé Valls et Montebourg, et que je suis devenu le candidat à l'Elysée

Quand, après la primaire, je gagnais un point par jour dans les sondages

Quand, après y avoir passé trois semaines, Jadot m'a apporté son soutien (et ses 2%)

Quand, après y avoir passé plus d'un mois, Mélenchon m'a claqué la porte au nez 

Quand j'ai essayé de parler de mon programme en pleine affaire Fillon

Quand Delanoë, Le Drian et compagnie ont rallié Macron les uns après les autres

Quand j'ai tenté de relancer ma campagne à Bercy (mais qu'il n'y avait quasiment aucun ténor avec moi)

Quand, à un mois du premier tour, je suis tombé à 10% dans les sondages, et que Mélenchon est passé devant moi

Quand, pour la 1 000e fois, un journaliste m'a parlé du "vote utile" pour Macron

Quand Valls m'a porté le coup de grâce, en soutenant lui aussi Macron

Quand je pense à l'annonce des résultats le soir du premier tour