REPLAY. Présidentielle : revivez "Le Grand Débat" de BFMTV et CNews entre les 11 candidats à l'Elysée

BFMTV

C'est une première dans l'Histoire : à moins de trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle, la totalité des onze candidats avaient rendez-vous mardi soir pour un grand débat axé sur les thèmes cruciaux de l'emploi, de la sécurité et du social.

L'exercice était inédit. Emploi, sécurité, société, exemplarité... Pour la toute première fois de l'histoire de la Ve République, l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle ont débattu avant le premier tour du scrutin, mardi 4 avril, sur BFMTV et CNews. Pendant près de quatre heures, les 11 prétendants à l'Elysée ont pu défendre et exposer leurs projets respectifs

>> VIDEOS. Sept séquences qu'il ne fallait pas rater pendant "Le Grand Débat"

Onze candidats, onze débatteurs. Les cinq candidats les mieux placés dans les sondages – Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon – s'étaient déjà affrontés sur TF1 le 20 mars, sous l'œil de plus de 10 millions de téléspectateurs. Cette fois, pas de jaloux : tous les candidats étaient invités par les deux diffuseurs, BFMTV et CNews. Les six "petits" candidats en lice – Philippe Poutou (NPA), Nathalie Arthaud (LO), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), François Asselineau (UPR), Jean Lassalle et Jacques Cheminade – ont eux aussi eu l'occasion de défendre leurs programmes.

Trois thèmes cruciaux. Devant 220 personnes assises dans le public –essentiellement leurs proches –, les candidats ont été interrogés sur trois grands thèmes : "comment créer des emplois", "comment protéger les Français" et "comment mettre en œuvre (leur) modèle social". La moralisation de la vie publique a également été abordée au cours de l'émission. Stratégie, punchline, moment fort... Franceinfo vous résume la soirée de chacun des 11 candidats.

Philippe Poutou se fait remarquer. Le candidat du NPA s'est fait remarquer à plusieurs reprises, notamment en attaquant frontalement François Fillon et Marine Le Pen sur les affaires. "Fillon, il est en face de moi, et plus on fouille, plus ou sent la corruption", a-t-il lâché face au premier. "Nous quand on est convoqué par la police, on n'a pas d'immunité ouvrière", a-t-il répliqué face à la seconde. Au lendemain du débat, il a justifié cette attitude offensive : "On avait envie de mettre les pieds dans le plat", dit-il. 

Un débat très suivi. Au total, 6,3 millions de personnes ont regardé le "Grand débat". Avec 5,5 millions de téléspectateurs, BFMTV a même battu le record historique d'audience de la TNT. CNews n'a été regardée que par 800 000 personnes.

Vous êtes à nouveau en ligne