DIRECT. Cazeneuve appelle le PS à "ne pas se laisser aller à des divisions" sur l'attitude à adopter face à Macron

Le Premier ministre a exhorté les candidats socialistes aux législatives à être "dans la volonté de faire réussir ce quinquennat".

Deux jours après la victoire d'Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle, mardi 9 mai, l'attention bascule vers les élections législatives des 11 et 18 juin. La Parti socialiste, notamment, se déchire au sujet de l'attitude à adopter vis-à-vis d'Emmanuel Macron et de son futur gouvernement.

S'adressant aux candidats du PS, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, les a appelés à "ne pas se laisser aller à des divisions" et a estimé qu'ils devaient être "à la hauteur des enjeux" et "dans la volonté de faire réussir ce quinquennat", plutôt que dans une opposition systématique à l'ancien ministre de l'Economie.

Manuel Valls En marche ! L'ancien Premier ministre a annoncé sur RTL son intention d'être candidat aux législatives à Evry (Essonne) sous l'étiquette de La République en marche d'Emmanuel Macron. "Je ne crois pas que Manuel Valls ait encore déposé sa candidature", a réagi auprès de franceinfo Jean-Paul Delevoye, en charge des investitures du mouvement, assurant qu'il serait traité comme les autres candidatures. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a rapidement affirmé qu'il était "impossible" pour Manuel Valls de conserver sa carte d'adhérent au PS en briguant l'investiture La République en marche.

Bureau national explosif au PS. La réunion destinée à évoquer la stratégie pour les législatives, rue de Solférino, s'annonçait comme le théâtre d'une lutte entre les partisans d'une alliance avec les troupes d'Emmanuel Macron et les opposants à ce rapprochement. "Ceux qui se présentent avec l'étiquette En marche ! auront un candidat [PS] face à eux, c'est ce qu'a dit Jean-Christophe Cambadélis", a assuré le hamoniste Pascal Cherki à la sortie.

Juppé ne veut pas "d'obstruction systématique" à En marche ! Si l'alliance des Républicains et de l'UDI n'obtenait pas la majorité aux législatives et devait composer avec En marche !, le maire de Bordeaux ne serait "pas dans l'état d'esprit d'une obstruction systématique et d'une opposition frontale" avec les soutiens d'Emmanuel Macron. "Il faudra faire en sorte que la France réussisse les réformes dont elle a besoin", a-t-il dit.

En marche ! en pleine mutation. Lundi soir, Richard Ferrand, le numéro 2 d'En marche !, a confirmé que le mouvement allait se transformer en un parti nommé La République en marche, avec pour objectif de donner une majorité à Emmanuel Macron à l'occasion des législatives. Les investitures des candidats du mouvement doivent être annoncées d'ici à jeudi.

23h07 : Après Donald Trump, Theresa May, Angela Merkel et bien d'autres... "Je viens de parler avec Emmanuel Macron. Nous travaillerons ensemble et nous verrons bientôt", annonce à son tour le chef du gouvernement conservateur espagnol Mariano Rajoy sur son compte Twitter.

22h49 : Après son échec à la présidentielle, Marine Le Pen est contestée au sein de son propre parti. Son père fait partie de ceux qui ne sont pas tendre avec l'ancienne candidate à la présidentielle.


(FRANCE 2)

22h36 : Emmanuel Macron partout, y compris à la une de l'hebdomadaire chrétien La Vie à paraître demain.

22h02 : Une vidéo de 5 minutes postée sur YouTube : c'est le message du jour d'Emmanuel Macron à l'occasion de la journée de l'Europe. Le président élu promet de rencontrer rapidement les dirigeants européens et il déclare : "Je ne serai pas un président assis."

21h56 : Après la défaite de Marine Le Pen, le FN doit-il changer ? France 2 a posé la question à des électeurs frontistes partagés.

21h21 : Une fois n'est pas coutume, la une de Charlie Hebdo consacrée à l'élection d'Emmanuel Macron qui paraîtra demain va faire parler d'elle...

20h57 : Dimanche, François Hollande transmettra les clés de l'Elysée à Emmanuel Macron. Libération propose demain un numéro spécial dans les coulisses du départ du président sortant qui a été suivi par le quotidien pendant une semaine.

20h48 : "C Politique" propose dès maintenant un documentaire sur France 5, visible sur franceinfo, racontant les coulisses de la campagne la plus folle et la plus indécise de la Ve République, au plus près des candidats et jusqu'à la victoire d'Emmanuel Macron, dimanche.

20h42 : Macron ou Le Pen ? Pour qui les Français qui vivent à l'étranger ont-ils voté ? Vous trouverez la réponse dans notre carte en cliquant ici.




20h21 : Le directeur de l'Agence américaine de sécurité nationale (NSA) révèle que les Etats-Unis ont informé la France du piratage de l'équipe d'En marche ! par des Russes. Il fait aussi le parallèle avec le piratage dont ont été victimes le parti démocrate américain et un proche conseiller d'Hillary Clinton, durant la campagne américaine. Voici les précisions de franceinfo.

19h43 : Avant de vouloir devenir l'un des députés d'Emmanuel Macron, Manuel Valls s'est illustré en critiquant la démarche personnelle de son ancien ministre de l'Economie. Voici cinq de ses attaques.

(FRANCEINFO)

19h24 : Si vous étiez devant le documentaire de TF1 consacré à la campagne d'Emmanuel Macron, vous n'avez pas pu la louper. Sibeth Ndiaye a joué un rôle crucial pendant la campagne en s'occupant des relations entre le candidat et les journalistes. Voici six choses à savoir sur celle qui a crevé l'écran.

(ERIC FEFERBERG / AFP)

18h29 : Avant même son installation à l'Elysée, Emmanuel Macron a déjà une médaille à son effigie, commercialisée par une entreprise spécialisée dans la vente d'objets de collection. Qui achète ces médailles ? Que valent-elles ? Voici les réponses de franceinfo.



(BERNARD DOMERGUE)

18h21 : Après les réactions suscitées par la séquence du documentaire de TF1 sur Emmanuel Macron, lors de laquelle il tente, en vain, de commander un cordon bleu, un restaurateur de Boulazac (Dordogne) a invité le futur président à manger. "J'avais décidé de le supprimer parce que c'était compliqué pour les cuisiniers mais pour satisfaire nos clients et le président de la République, nous allons le rétablir. Je serais ravi d'accueillir Emmanuel Macron dès potron-minet pour manger un cordon bleu", a-t-il expliqué à nos confrères de France Bleu Périgord.

18h19 : En sortant d'une réunion avec les candidats socialistes aux législatives, Bernard Cazeneuve a pris la parole devant les journalistes réunis devant La Mutualité, à Paris. "Le clivage droite/gauche existe et nous devons prendre nos responsabilités (...). Nous devons être à la hauteur du moment", a lancé le Premier ministre.


(FRANCE 3)

17h40 : Huit organisations environnementales, dont le WWF et la Fondation Hulot, ont appelé Emmanuel Macron à créer "un grand ministère de l'Environnement" au périmètre élargi. Dans une lettre ouverte, elles réclament que soit mis à sa tête un ministre, numéro deux dans l'ordre protocolaire. Selon ces ONG, "des synergies institutionnelles fortes" doivent être trouvées avec les ministères de la Santé, du Travail, de l'Agriculture, des Outre-mers et de l'Economie, "tant leurs rôles et impacts sont essentiels pour l'environnement".

17h17 : Dans cette affaire, WikiLeaks joue un jeu assez trouble. L'ONG a notamment relayé les documents piratés de l'équipe d'En marche ! Pour en savoir plus, je vous invite à lire l'article de mon collègue Simon Gourmellet.

17h15 : WikiLeaks continue de vérifier l'authenticité des documents publiés lors des "MacronLeaks". C'est en tout cas ce que l'ONG créée par Julian Assange affirme sur Twitter : "nous avons bien vérifié environ 21 000 documents et notre analyse sur leur provenance continue de progresser". Cela correspond à environ un cinquième de la masse des gigaoctets de données internes qui ont été publiés sur le forum 4Chan.

17h14 : Pour Wikipédia, Emmanuel Macron a cessé d'être un inconnu en 2012. L'article de l'encyclopédie participative sur le nouveau président a été créé le 15 mai 2012, jour de l'entrée en fonction de François Hollande. A l'époque, il ne faisait qu'une phrase : "Emmanuel Macron est le secrétaire général adjoint de l'Elysée depuis le 15 mai 2012", note Rue89.

16h57 : "Le clivage droite/gauche existe et nous devons prendre nos responsabilités."

Bernard Cazeneuve vient de s'exprimer après une rencontre avec les candidats socialistes aux législatives. "Je suis venu leur dire que nous devons être à la hauteur du moment et que nous ne pouvons pas nous laisser aller à de la division, a affirmé le Premier ministre. Je pense que ma famille politique doit se réformer, se moderniser. Et pour cela, nous ne pouvons pas la laisser tomber."

16h43 : Manuel Valls est-il en marche ? Oui, à en croire ses déclarations, ce matin sur RTL. L'ancien Premier ministre a annoncé qu'il se présenterait aux élections législatives sous la bannière de La République en marche. Problème : plusieurs responsables du mouvement d'Emmanuel Macron ne semblent pas de cet avis...


(FRANCEINFO)

16h08 : François Hollande a voté Emmanuel Macron dès le premier tour de l'élection présidentielle. C'est ce que révèle ce documentaire de l'émission "C politique", diffusé ce soir à 20h50 sur France 5. En voici un extrait :

15h40 : La volonté de Manuel Valls de rejoindre La république en marche est LE sujet du jour au PS, qui tenait son bureau national ce matin. Après trois heures de réunion, cette instance a finalement décidé... de ne pas se prononcer sur le cas Valls. "Les cas individuels n'ont pas été tranchés", indique une participante interrogée par franceinfo. "Mais Le Premier secrétaire a été très clair. Il veut de la clarté. On ne peut pas être partout en même temps, il va donc falloir choisir."

15h34 : De son côté, Alain Juppé a annoncé qu'il ne s'inscrirait pas dans une logique d'"obstruction systématique et d'opposition frontale" contre un gouvernement Macron si Les Républicains et l'UDI n'obtenaient pas la majorité absolue aux législatives. "Certains évoquent l'hypothèse d'une majorité absolue qui amènerait à une situation de cohabitation. Si tel n'était pas le cas, il faudrait évidemment que chacun prenne ses responsabilités", a affirmé le maire de Bordeaux.

15h34 : "Nous serons sur une orientation d'autonomie du PS, mais nous serons une gauche constructive."

Jean-Christophe Cambadélis s'est exprimé à la sortie du bureau national du PS. Lors de cette réunion politique, il a assuré que les socialistes qui choisiraient d'être candidats aux législatives sous l'étiquette La République en marche devraient affronter un candidat soutenu par le PS.

15h09 : Bonjour @Anonyme. Les résultats définitifs du second tour sont bien disponibles sur le site du ministère de l'Intérieur, ainsi que dans notre moteur de recherche. Ces résultats seront ensuite validés par le Conseil constitutionnel et annoncés lors d'une conférence de presse, demain à 17h30.

15h08 : Bonjour. Les résultats définitifs des présidentielles, établis par le Ministère de l'intérieur, toutes régions y compris français de l'étranger, sont-ils connus. Ce résultat sera-t-il contrôlé par un organisme indépendant ? Merci.

14h43 : A Evry (Essonne), le fief de Manuel Valls, le soutien de l'ancien Premier ministre au nouveau président de la République ne surprend pas. "C'est un peu normal, il y a tellement de bouleversements actuellement. Il faut que le Parti socialiste revoie un petit peu sa copie", expliquent trois retraitées de la ville à notre journaliste Virginie Pironon, qui s'est rendue sur place.

14h32 : Valls est prêt à tout pour avoir accés à la gamelle dorée.Si MACRON .le prend , ce sera sa première trahison envers ses électeurs.

14h32 : Il est sans vergogne ce Valls

14h31 : Quel sketch ce Valls rejeté par le ps et En marche !!!

14h31 : Le vrai visage de Manuel Valls tombe: un ambitieux opportuniste, renégat, aigri!

14h31 : Toute la credibilité de notre nouveau President et de La Republique En Marche va se trouver au centre des decisions qui seront prises vis a vis de M. Valls.

14h31 : Dans les commentaires, vous êtes toujours très nombreux à réagir négativement à l'annonce de Manuel Valls affirmant qu'il souhaite se présenter aux législatives sous l'étiquette La République en marche.


14h25 : D'après un journaliste de France inter, qui cite un membre de la commission d'investiture de La République en marche, la candidature de Manuel Valls pour l'investiture aux législatives n'a pas encore été reçue par le mouvement politique.

14h03 : C'est aussi l'un des enseignements de ce second tour : l'explosion du vote blanc, avec 8,51% des suffrages. Pour comprendre pourquoi ces électeurs ont décidé de se rendre aux urnes sans choisir entre Emmanuel Macron ou Marine Le Pen, je me suis rendue à Mimizan (Landes). Dans cette petite commune envahie de touristes l'été, le nombre de bulletins blancs a atteint 15,71% des votants. Un des records de l'Hexagone.




(MARGAUX DUGUET / FRANCEINFO)

13h08 : Après l'annonce de Manuel Valls, qui souhaite se présenter aux législatives sous l'étiquette de La République en marche, les questions pleuvent. Comment réagit-on dans le camp Macron ? Et au Parti socialiste ? Quelle est la stratégie de l'ancien Premier ministre ? Nous tentons d'y répondre dans cet article.




(CITIZENSIDE/YANN KORBI / CITIZENSIDE)

12h44 : "Il faut arrêter de regarder notre nombril. Les Français n'ont rien à faire de nos états d'âme solfériniens."

A la sortie du bureau national du Parti socialiste ce matin, Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement, a expliqué sur sa page Facebook : "Ce ne sont pas les alliances qui font la politique, c'est la politique qui détermine les alliances ultérieures. Aujourd'hui, il faut réaffirmer notre identité politique et nous adresser aux Français."

12h13 : Il ne s'attendait peut-être pas à ce message. La Corée du Nord a félicité aujourd'hui Emmanuel Macron pour sa victoire à la présidentielle française, exprimant l'espoir que le nouveau chef de l'Etat favoriserait "développement et prospérité".

12h04 : Macron forme ses équipes, Valls brigue l'investiture En marche !, Chatel renonce à l'Assemblée... Voici les cinq infos de la présidentielle aujourd'hui.

11h43 : "Si certains veulent partir ou se singulariser qu'ils le fassent et nous laissent travailler", a ajouté le patron du PS.

11h47 : #LEGISLATIVES Il est "impossible" pour Manuel Valls d'avoir sa carte au PS et l'investiture En marche !, estime Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS.

10h56 : @anonyme : Oui, le documentaire Emmanuel Macron : les coulisses d'une victoire a réuni 4 374 000 téléspectateurs. C'est un peu moins que la fiction Rouge Sang diffusée au même moment sur France 2 (4 619 000). Si vous l'avez manqué, franceinfo a sélectionné six séquences dans cet article et interviewé son réalisateur dans celui-là.

10h51 : Bonjour ! Vous est-il possible de connaître l'audience de l'émission sur Emmanuel Macron diffusée sur tf1 ? Merci

Vous êtes à nouveau en ligne