Des artistes et des personnalités politiques se mobilisent pour une journaliste de "L'Obs"

La journaliste Cécile Amar, le 31 janvier 2014, à Paris.
La journaliste Cécile Amar, le 31 janvier 2014, à Paris. (BALTEL / SIPA)

La direction de l'hebdomadaire a demandé à Cécile Amar de ne plus suivre Jean-Luc Mélenchon, après la parution d'un livre d'entretiens avec le candidat de la France insoumise.

Une quarantaine d'artistes et de personnalités politiques dont Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon ont publié, jeudi 30 mars, une tribune de soutien à Cécile Amar, journaliste à L'Obs. Sa direction lui a demandé de ne plus suivre Jean-Luc Mélenchon après la parution la semaine dernière d'un livre d'entretiens, De la vertu (éd. de l'Observatoire), écrit avec le candidat de la France insoumise. Parmi les signataires, qui se disent "atterrés", figurent des acteurs comme Pierre Arditi, des écrivains (Laurent Binet, Annie Ernaux, Erri de Luca...), des élus (Martine Aubry, Cécile Duflot, Noël Mamère...), des chanteurs (Clarika, Sanseverino...) ou encore Nicolas Hulot.

"Pas une sanction"

"Dans la période incertaine que traverse notre pays, la liberté de questionnement des journalistes doit rester entière plus que jamais. (...) Toute intimidation à l'exercice de leur métier est à redouter", écrivent les signataires de la tribune. "Nous demandons au Monde libre, la holding propriétaire du titre, dans l'esprit de son appellation, d'affirmer le droit des journalistes du groupe à la liberté de questionnement", poursuit le texte.

De son côté, la société des rédacteurs de L'Obs avait jugé la décision trop tardive, car le directeur de la rédaction avait été informé du projet en amont. Mathieu Croissandeau avait rétorqué que ce n'était "pas une sanction" et évoqué "une situation déontologique". "Dans le cas de ce livre, avec un candidat à la présidentielle en pleine campagne électorale, ça ne me paraissait pas compatible avec son travail", avait-il expliqué à Livres Hebdo.