C'est quoi cette médaille à l'effigie d'Emmanuel Macron ?

Un curieux observe une collection de pièces de monnaie anciennes, exposées à Cheverny (Loir-et-Cher), le 6 juin 2008.
Un curieux observe une collection de pièces de monnaie anciennes, exposées à Cheverny (Loir-et-Cher), le 6 juin 2008. (ALAIN JOCARD / AFP)

Avant même son installation à l'Elysée, le président élu a déjà une médaille à son effigie, commercialisée par une entreprise spécialisée dans la vente d'objets de collection.

Sur la face, le profil d'Emmanuel Macron, au dos, l'Elysée. La publicité qui s'étale dans les pages "International" du Figaro, mardi 9 mai, interpelle. Une médaille frappée à l'effigie du président élu y est présentée comme "la pièce de l'année 2017 !" et vendue, en nombre limité d'exemplaires, en deux versions, or et argent. La société Trésor du patrimoine, qui l'édite, frappe "depuis 30 ans, à chaque élection, des médailles 'Président"", explique son service communication à franceinfo.

Qui achète ces médailles ?

"Des collectionneurs", assure Trésor du patrimoine, qui, à l'occasion de l'élection d'Emmanuel Macron, a tout de même investi dans des espaces publicitaires "dans plusieurs grands quotidiens", espérant atteindre ainsi un public plus large, dont, "peut-être, des partisans" d'En marche !. Le président étant tout juste élu, les médailles ne sont pas encore frappées et seront disponibles "fin juin 2017", prévient la société.

Le président d'une association numismatique, qui préfère conserver l'anonymat, assure pourtant à franceinfo que ces médailles "n'intéressent absolument pas les collectionneurs", qui se passionnent pour "les objets plutôt anciens". "Même une médaille à l'effigie du général de Gaulle n'aura pas plus de valeur, parce qu'il y en a énormément en circulation. Les médailles frappées sur des demandes privées n'ont aucune valeur, si ce n'est, éventuellement, la valeur métallique, lorsqu'elles sont en or ou en argent", explique ce numismate amateur. "Ces médailles-là sont fabriquées avec un but très lucratif et sont vendues à des gens qui se font embobiner", dénonce-t-il.

C'est cher pour des goodies.Un numismate professionnelfranceinfo

Un numismate professionnel, responsable de Change et Collection, à Paris, confirme cet avis. "C'est de l'opportunisme. Il y a peut-être des gens qui vont se ruer dessus, pensant qu'il s'agit d'un bout de l'histoire de France", tempère-t-il, accordant à ce type de médaille une valeur "sentimentale". "Si c'est pour se faire plaisir et collectionner cette pièce comme on collectionne les mugs et les stylos à l'image d'une personnalité, d'accord, mais ce n'est pas un placement", estime le professionnel.

Que valent-elles vraiment aujourd'hui ?

C'est un "bout de l'histoire" qui coûte nettement plus cher que son pesant d'or. Prévoir 280 euros pour l'une des 980 médailles "en or", ou 59 euros pour l'un des 4 900 exemplaires "en argent". La médaille dite "en or" mesure 21 mm de diamètre, soit un peu moins qu'une pièce d'un euro (23,25 mm), et affiche 585 millièmes d'or. Le numismate professionnel contacté par franceinfo effectue un rapide calcul : "Arrondissons le poids de la médaille à 4 grammes et admettons qu'elle contient 2,3 grammes d'or fin : sa valeur métallique est de 90 euros maximum aujourd'hui. C'est le prix maximum auquel cela pourrait se revendre, et encore."

Si la société Trésor du patrimoine précise que le prix comprend également "la frappe et l'écrin", l'expert considère tout de même que "c'est super cher". "Le nombre d'exemplaires ne change rien, car rien n'empêche le fabricant d'en frapper 20 000 de plus, explique-t-il. D'ailleurs, ils ont probablement le modèle Marine Le Pen prêt à être frappé aussi." "En effet", confirme Trésor du patrimoine, "une médaille Marine Le Pen était aussi prévue, au cas où elle serait élue".

Peuvent-elles prendre de la valeur ?

"Il n'y a pas de marché pour ça, pas de prix de rachat, pas de cote d'occasion", explique encore l'expert. "Quand vous achetez une voiture, vous pouvez savoir ce qu'elle vaudra dans cinq ou dix ans, là ce n'est pas le cas", précise-t-il. Il raconte à franceinfo être souvent sollicité par des familles qui ont "trouvé des collections comme ça dans le grenier d'un grand-père", mais "c'est à chaque fois une déception pas possible et quand je donne une estimation, par rapport à la valeur métallique, on m'accuse d'être un voleur"

Le collectionneur parisien contacté par franceinfo raconte aussi "en récupérer souvent, dans des brocantes et des vide-greniers, parce que les gens ne savent plus quoi en faire et que personne n'en veut". "La personne qui va acheter ça va peut-être se dire qu'une médaille prendra de la valeur, mais moi je n'ai jamais observé ça", assure-t-il. Plutôt que sur le succès politique d'Emmanuel Macron, la valeur future de sa médaille reposera donc sur le cours de l'or, qui a tendance à baisser.