Après la publication d'un message privé, les échanges tendus entre François Fillon et Emmanuel Macron en cinq actes

Emmanuel Macron et François Fillon se saluent avant de participer au débat organisé par TF1, le 20 mars 2017. 
Emmanuel Macron et François Fillon se saluent avant de participer au débat organisé par TF1, le 20 mars 2017.  (REUTERS)

Les noms d'oiseaux fusent entre les deux candidats à la présidentielle après la publication d'un message d'Emmanuel Macron destiné à François Fillon. Ce dernier accuse le candidat d'En marche ! de mensonge et d'inconstance. Emmanuel Macron a répliqué, constatant le "peu de valeur" morale du candidat de la droite.

Le message est au cœur d'un duel à distance entre François Fillon et Emmanuel Macron. Après la publication dans la presse d'"un mot" adressé en 2016 par le candidat d'En marche ! à son rival de droite, en plein débat sur la déchéance de nationalité, les deux candidats s'accusent désormais de tous les maux. Pour y voir plus clair, franceinfo remonte le fil de cette polémique en cinq actes.

Acte 1 : "Le Figaro" évoque un échange de SMS censé prouver les "volte-face" de Macron

Tout commence avec un article du Figaro (article payant), publié lundi 10 avril, dans lequel une journaliste assure avoir recueilli les confidences de François Fillon. Pour prouver les "volte-face" d'Emmanuel Macron, le candidat des Républicains évoque un échange de SMS datant du débat sur la déchéance de la nationalité, probablement en février 2016. Dans ces messages, les deux hommes constatent qu'ils ont la même position : ils sont opposés à ce que la déchéance de la nationalité soit inscrite dans la Constitution. 

Et François Fillon confie au Figaro : "Je l'ai connu il y a quelques mois. Je me demandais quelles étaient nos différences sur les 35 heures ou l'ISF [impôt sur la fortune]. Je n'ai pas changé d'avis. Mais lui, oui !", dénonçant l'"inconsistance" du candidat d'En marche !.

Acte 2 : Macron accuse Fillon d'avoir "un problème avec la vérité"

"Je n'ai jamais échangé sur ce sujet le moindre SMS avec François Fillon", affirme lundi Emmanuel Macron depuis son QG de campagne. "François Fillon a un problème avec la vérité, c'est désormais manifeste", lâche le candidat d'En marche !. Il avance par ailleurs avoir "toujours eu la même position sur la déchéance de nationalité." Et l'ancien ministre de l'Economie poursuit : "Je vous rappellerai qu'au moment de ces débats, François Fillon s'était opposé à la déchéance de nationalité et s'il y a bien quelqu'un qui a perdu le fil de sa pensée et de ses principes, c'est bien lui, parce que je l'entends défendre ce qu'il avait combattu."

Acte 3 : "Le Figaro" publie finalement un échange manuscrit

Lundi, en fin de journée, Le Figaro.fr (article payant) dévoile un message manuscrit datant, selon le journal, de février 2016. On y lit un texte attribué à Emmanuel Macron, destiné à François Fillon. Le ministre de l'Economie de l'époque y rejoint les positions de son adversaire politique sur la révision constitutionnelle portant sur la déchéance de nationalité, à laquelle le député de Paris était opposé.

A la question de François Fillon, "une nouvelle fois vous venez sur mes positions, jusqu'où irez-vous ?", selon Le Figaro, Emmanuel Macron répond "M. Le Premier ministre, cher François. En fait j'y suis déjà sans doute. Je poursuivrai sur ce chemin car c'est le seul que je connais. Voyons nous. Bien à vous."

Acte 4 : "La preuve écrite qu'il a menti", selon Fillon

"J'ai apporté la preuve écrite qu'il avait menti", a estimé François Fillon, invité des "4 Vérités" sur France 2, mardi 11 avril. Et le candidat de la droite est revenu sur le sens de sa démarche : "J'ai juste dit à des journalistes qu'Emmanuel Macron, pendant des mois et des mois, disait exactement la même chose que moi, sur les 35 heures, sur l'ISF, sur la manière de redresser l'économie française, jusqu'à s'opposer, comme moi, à la révision constitutionnelle sur la déchéance de nationalité proposée par François Hollande." 

"Ça démontre qu'il change d'avis sans arrêt. Comment est-ce qu'on peut faire confiance à un président de la République qui change sans arrêt d'avis ?", a ajouté François Fillon. Chose notable : le candidat LR  a, en revanche, démenti que les deux hommes se soient alors rencontrés.

Acte 5 : Fillon est un "homme de peu de valeur", réplique Macron

Interrogé sur Public Sénat et Sud Radio, mardi matin, Emmanuel Macron a sèchement répliqué. "Hier, c'était un SMS. Aujourd'hui, c'est un mot. Il dit qui il est, si besoin en était, c'est-à-dire quelqu'un qui n'a pas grande valeur morale et pas grande éthique", a estimé le candidat d'En marche !. 

"Entre responsables politiques, si on se met à donner à la presse les mots qu'on échange, je vous laisse apprécier ce qu'il en est. Ça ne sert à rien que François Fillon ait été donner des leçons à François Hollande parce qu'il allait donner des mots à des journalistes. Il est bien pire que cela. Il a perdu tout repère : éthique, moral, de comportement, a ajouté l'ancien ministre de François Hollande. François Fillon est un homme de peu de valeur, c'est la conclusion que j'en tire."

Contrairement à ce qu'a affirmé François Fillon, Emmanuel Macron a assuré qu'il avait bien "discuté" avec François Fillon de la déchéance de nationalité. "Il a utilisé ce mot pour dire que je n'étais pas constant. Qui n'est pas constant ? Le François Fillon qui, en février 2016, était contre la déchéance de nationalité et qui, aujourd'hui, propose de l'appliquer dans son programme parce qu'il a rejoint la pire des droites ?", a aussi lancé le candidat d'En marche !.

Vous êtes à nouveau en ligne