Pour 93% des Français, le pouvoir d'achat doit avoir une place importante ou prioritaire dans la campagne

Une cliente regarde les téléviseurs dans une grands surface.
Une cliente regarde les téléviseurs dans une grands surface. (MAXPPP)

Selon une enquête publiée jeudi matin par Ipsos-Steria pour franceinfo, neuf Français sur dix estiment que le thème du pouvoir d'achat doit tenir une place importante dans la campagne présidentielle.

Près de 93% des Français pensent que le thème du pouvoir d'achat doit occuper une place importante ou prioritaire dans la campagne présidentielle, selon un sondage* Ipsos-Steria pour franceinfo et France Télévision publié jeudi 30 mars. L'immense majorité des Français, 81%, estime que son pouvoir d'achat a baissé ces dernières années. 45% d'entre eux pensent même qu'il a beaucoup baissé.

Au total, 37% des personnes interrogées pensent que le pouvoir d'achat doit occuper une place "prioritaire" dans la campagne et 56% une place "importante". Les 7% restants pensent qu'il doit occuper une place "secondaire".

Jean-Luc Mélenchon inspire le plus la confiance

Quand on demande aux Français, toutes tendances politiques confondues, quelles propositions leur plaisent le plus sur le pouvoir d'achat, 83% approuvent la baisse de l'impôt sur le revenu sur les trois premières tranches et 82% la défiscalisation des heures supplémentaires, deux mesures proposées par Marine Le Pen. Environ 82% approuvent l'augmentation du smic mensuel de 10%, proposée par Jean-Luc Mélenchon.

Mais les Français ont plus confiance en Jean-Luc Mélenchon pour faire les bonnes propositions en terme de pouvoir d'achat. Ils sont 43% à lui faire confiance sur la question, devant Emmanuel Macron (38%) et Benoît Hamon (34%). Marine Le Pen est quatrième à 28%. Quant à François Fillon, seulement 20% des Français lui accordent leur confiance pour faire les bonnes propositions sur le pouvoir d'achat.

24% des Français approuvent une augmentation de la TVA

Le candidat propose d'augmenter la TVA de deux points, une proposition approuvée par seulement 24% des Français. Il veut aussi rétablir les allocations familiales pour toutes les familles quel que soit leur niveau de revenu, proposition approuvée par 32% des sondés.

L'enquête a été réalisée par internet, par la méthode des quotas, auprès d'un échantillon de 1 005 personnes inscrites sur les listes électorales, constituant un échantillon représentatif de la population française majeure, du 25 au 27 mars.

Vous êtes à nouveau en ligne