VIDEO. Paris : "Ce n'est pas un gadget", le projet de forêts urbaines défendu par Emmanuel Grégoire

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

Le premier adjoint à la maire de Paris est revenu sur la promesse d'Anne Hidalgo de créer des forêts urbaines sur des lieux emblématique de la capitale.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Emmanuel Grégoire, premier adjoint (PS) à la maire de Paris, a affirmé vendredi 24 juillet sur franceinfo que le concept de forêt urbaine, promis par Anne Hidalgo pendant la campagne des municipales, "n'était pas un gadget". La mairie de Paris prévoit de créer quatre grands espaces verts de ce type dans la capitale, d'ici un an.

Quatre sites emblématiques ont été choisis pour accueillir ces forêts urbaines : le parvis de l’Hôtel de Ville, l'opéra Garnier, le parvis nord de la Gare de Lyon et une voie des berges de Seine rive droite. "On va créer ces petites forêts compactes pour aménager des placettes différemment, explique le premier adjoint à la maire de Paris. On ne va pas le faire partout. Ça soulève des questions techniques non négligeables, évidemment. Donc, les études ont été lancées à la demande d'Anne Hidalgo et nous ferons des forêts urbaines et vous verrez, ce n'est pas un gadget."

Lutte contre la chaleur urbaine

L'urgence climatique et les canicules à répétition poussent la mairie de Paris à agir en reprenant un concept déjà éprouvé à l'étranger. "Il s'agit d'un concept d'urbanisme qui a été inventé à l'étranger. On le reprend. Il est mondialement connu", a indiqué Emmanuel Grégoire.

Le concept de forêt urbaine consiste "à dire que ce n'est pas parce qu'en ville dense, on manque d'espace qu'on doit manquer d'ambition en matière d'implantation de végétaux et notamment d'arbres", a expliqué le premier adjoint à la maire de Paris. "Pourquoi les arbres ? Parce que l'arbre a deux avantages Il est capteur important de CO2 et deuxièmement, il est contributif de la lutte contre les îlots de chaleur, argumente Emmanuel Grégoire. Tout le monde qui va dans un sous-bois sait que la température est plusieurs degrés inférieurs que hors du bois."

Vous êtes à nouveau en ligne