VIDEO. Municipales : à Hénin-Beaumont, malgré les affaires, l'ancien maire PS mène campagne

L'ancien maire socialiste Gérard Dalongeville se présente à nouveau devant les électeurs. Exclu du parti en 2009 pour affaires et combines douteuses, il défend son bilan à la tête d'Hénin-Beaumont.

Soif de revanche ? Envie de régler ses comptes ? L'ancien maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) repart en campagne. Gérard Dalongeville, exclu du PS en 2009, condamné à trois ans de prison ferme et 50 000 euros d'amende en 2013 pour corruption et détournement de fonds publics, est sans complexes. Il a fait appel, et l'appel étant suspensif, il brigue à nouveau l'hôtel de ville, espérant que "ses" électeurs auront oublié les scandales.

Gérard Dalongeville, qui se présente sous l'étiquette "divers gauche", affronte les critiques avec aplomb. Il se dit persuadé de retrouver la mairie. Vœu pieux ? Un sondage lui donnait 6% d'intentions de vote à la mi-janvier. Le dernier, réalisé par l'Ifop pour La Voix du Nord et Europe 1, lui accorde 8% des suffrages. Steeve Briois, le candidat Front national, arriverait en tête avec 44% des voix au premier tour, devant la liste PS-EELV, qui récolterait 35% d'intentions de vote.