VIDEO. "Il faut que la municipalité fasse venir de nouvelles entreprises" : à Châteaudun, les commerçants veulent oublier les fermetures d'usine

Stéphane Terrat est fleuriste à Châteaudun depuis un an et demi.
Stéphane Terrat est fleuriste à Châteaudun depuis un an et demi. (ANTOINE DEIANA / FRANCEINFO)

Toute la semaine, franceinfo vous emmène sur la route des municipales, jusqu'au premier tour des élections. Mardi, direction Châteaudun (Eure-et-Loir), où les habitants attendent l’installation de nouvelles entreprises, synonyme de dynamisme pour la commune.

"Quand il y avait la base aérienne et les usines ça tournait bien… Après il y a eu une décadence et des fermetures." Joël habite Châteaudun depuis 40 ans et il a observé la commune perdre de son dynamisme peu à peu. À la fin des années 70, Châteaudun enregistre en effet d’importantes pertes d’emplois avec par exemple la fermeture d'une de ses principales usines : l'usine de machines-outils GSP. Et la tendance s'est poursuivie : en 2008, c'est l'usine Flextronics, spécialisée dans la téléphonie mobile, qui ferme et qui entraîne la perte de près de 800 emplois."Automatiquement quand les gens s’en vont ça fait beaucoup de familles en moins, donc on le ressent à tous les niveaux, il faut que la municipalité fasse venir de nouvelles entreprises" constate Joël qui aimerait voir "une ou deux usines revenir sur Châteaudun pour relancer le commerce."

Les commerçants et habitants de Châteaudun attendent que le futur maire attirent de nouvelles entreprises pour relancer la dynamique de la ville.
Les commerçants et habitants de Châteaudun attendent que le futur maire attirent de nouvelles entreprises pour relancer la dynamique de la ville. (ANTOINE DEIANA / FRANCEINFO)

Entre 2007 et 2013, le bassin de vie de Châteaudun a perdu 1 150 emplois dans l'industrie. Et le taux de chômage dans l'agglomération approche les 20% de la population en âge de travailler. Dernier coup dur pour la commune : la fermeture programmée de la base aérienne de Châteaudun, en 2021. Une mauvaise nouvelle de plus pour la ville de 13 000 habitants qui peine à attirer de nouveaux investisseurs. Pour Christine, gérante du cinéma Le Dunois, il y a plusieurs raisons à cela : "On est un peu loin de l’autoroute, on n’est pas bien desservis au niveau des axes d’accès pour une entreprise qui aurait besoin d’exporter sa production. Il n’y pas beaucoup de trains pour aller sur Paris."

135 kilomètres séparent par la route Châteaudun de la capitale française, et c’est un autre problème selon Christine : "On est aussi à 50 kilomètres de Chartres, 50 kilomètres d’Orléans… C’est donc tellement facile d’aller trouver plein de choses à côté, car il y a plus de choix. Au final, les gens quittent le centre-ville de Châteaudun car il y a moins de magasins, moins de franchises.…"

Des aides pour attirer de nouveaux entrepreneurs

Pour attirer de nouvelles entreprises, des artisans et des commerçants, la communauté de communes a mis en place des subventions. Stéphane Terrat, fleuriste à Châteaudun depuis un an et demi, en a profité : "Je me suis intéressé à ce magasin et à toutes les aides que l’on pouvait avoir et j’ai vu que la communauté de communes du Grand Châteaudun permettait de financer nos travaux à hauteur de 30%."

Stéphane Terrat a donc décidé de reprendre le commerce et a tout de suite profité des aides proposées : "Dès la première année j’ai réalisé pour 10 000 euros de travaux." Des travaux et une première année positive pour ce natif de Châteaudun qui espère beaucoup des élections municipales des 15 et 22 mars prochain : "Le challenge de la prochaine municipalité sera d’attirer des locomotives qui vont faire venir des personnes et des familles qui vont consommer dans nos commerces. Il faut absolument compenser la fermeture de la base aérienne."

Stéphane Terrat reste lucide, malgré sa réussite, en reprenant ce commerce vieux de 27 ans, il a conscience que s’installer à Châteaudun est un défi et il met en garde face aux belles promesses de certains franchiseurs : "Je connais personnellement des gens qui sont venus d’Indre-et-Loire, qui ont investi sur Châteaudun. Ils ont malheureusement fait faillite croulant sous les dettes et se sont finalement suicidés." 

Près de 14 millions d’euros, financés par l’Etat et les collectivités locales, seront investis en quatre ans pour compenser la fermeture de la base aérienne de Châteaudun en 2021. Le terrain de 450 hectares pourrait, par exemple, accueillir une centrale photovoltaïque, projet voté en novembre 2019 par les élus du Grand Châteaudun en Conseil communautaire.

Municipales : à Châteaudun, les commerçants veulent oublier les fermetures d'usine. Le reportage de Farida Nouar
--'--
--'--

>> La liste des candidats aux élections municipales à Châteaudun

Vous êtes à nouveau en ligne