VIDEO. Dominique Voynet : "Quand on n'a pas reçu sa mairie en héritage, c'est plus compliqué"

Dominique Voynet a créé le choc lundi 25 novembre en annonçant sa décision de ne pas briguer un second mandat aux prochaines municipales. La maire (pour quelque temps encore) de Montreuil (Seine-Saint-Denis) est venue s'expliquer au GrandSoir3.

L'ancienne ministre de l'Environnement a expliqué ce choix de ne pas briguer un second mandat aux prochaines municipales dans un texte où elle dénonce "corruption, clientélisme et "câlinage" d'intérêts particuliers. Qu'est-ce qui a bien pu dépasser son seuil de tolérance ? "Résistante, en forme, [elle] "aurait pu [se] présenter une fois encore et (...) [se] faufiler vers la victoire, mais a préféré dire ce qui handicape fortement cette ville : une atmosphère irrespirable, où la gauche ultramajoritaire se déchire d'une façon absolument incompréhensible pour les habitants" - des habitants qui ne l'épargnent pas. Leur maire leur concède son échec à incarner le changement.

Et rappelle l'ambiance détestable qui règne depuis qu'en 2008, elle a ravi la mairie à l'ancien communiste Jean-Pierre Brard, qui la gérait depuis vingt-quatre ans. "Affrontements d'egos, combats de coq (...), manoeuvres pour retarder la réalisation du tramway et "ne pas le devoir à l'action de Dominique Voynet"... Pourquoi tant de haine ? "Quand on n'a pas reçu sa mairie en héritage (...) d'un puissant parrain", comme de coutume "dans toutes les villes communistes de Seine-Saint-Denis", "on en paie le prix", dénonce-t-elle.

Vise-t-elle Claude Bartolone et le candidat du PS à la mairie de Montreuil- qu'il soutient - par ce "refus de baiser la bague" évoqué dans sa lettre ? Le retrait de sa candidature est en tout cas un beau cadeau à Razzi Hammadi... Dominique Voynet assure que les écologistes montreuillois "travailleront à la réunion de la gauche au second tour". Et sauront remplacer le "tout sauf Voynet" par "un choix positif" pour une nouvelle équipe municipale. 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne