Vague verte aux municipales : "C’est le moment de vérité" pour Emmanuel Macron, affirme Julien Bayou

Julien Bayou, dans les studios de franceinfo le 16 août 2018.
Julien Bayou, dans les studios de franceinfo le 16 août 2018. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Pour le secrétaire national d'Europe Écologie-les Verts, les Français sont "prêts pour ce virage écolo".

Julien Bayou, secrétaire national d'Europe Écologie-les Verts (EELV), a estimé lundi 29 juin sur franceinfo que "c’était le moment de vérité" pour Emmanuel Macron, après la vague verte au second tour des élections municipales.

"J'espère qu'il est sous pression après ces résultats. J’espère qu'il est sous pression parce que son rôle, normalement, c'est de préparer le pays à l'avenir. Et l'avenir, c'est ce dérèglement climatique qu'il faut enrayer et auquel il faut s’adapter", a estimé l'écologiste. Selon Julien Bayou, le message envoyé par les électeurs est simple : "C'est 'on est prêts'. Les Françaises et les Français disent : on est prêts pour ce virage écolo. Et ça tombe bien, nous aussi", a-t-il assuré.

>> Municipales 2020 : suivez les réactions politiques au lendemain de l'annonce des résultats

Emmanuel Macron reçoit lundi les membres de la Convention citoyenne pour le climat. Julien Bayou attend des actes : "C'est le moment de vérité, parce que ces propositions, elles sont sur la table. Pour la rénovation thermique, je ne comprends pas. Je ne comprends pas pourquoi ces gouvernements ne le font pas", dit-il, balayant l’argument du coût.

"Au contraire, ça rapporte. C'est des investissements locaux et non délocalisables. Si vous faites la rénovation thermique des bâtiments publics, c'est un demi-million d'emplois et équitablement répartis sur le territoire. Vous imaginez à quel point ça peut irriguer nos territoires ? Et ça veut dire aussi des économies d'énergie et la lutte très concrète contre le dérèglement climatique", a-t-il expliqué.

>> CARTE. Elections municipales 2020 : voici les 50 résultats à retenir du second tour dans les grandes villes françaises

Julien Bayou a apporté son soutien à la candidate de la gauche à Marseille. Bien qu'arrivés en tête, Michèle Rubirola et le Printemps marseillais sont loin de pouvoir crier victoire, car ils ne disposent pas de la majorité absolue au conseil municipal. "Je peux vous dire 'c'est la bonne maire pour Marseille'. Elle est arrivée en tête, moi, je lui fais toute confiance", a-t-il indiqué.

Pourtant, le parti écologiste avait suspendu Michèle Rubirola au début de la campagne des municipales. Elle avait conclu une alliance avec le candidat désigné par son ancien parti EELV, Sébastien Barles, qui avait recueilli 9% des voix au premier tour, même si seules six de leurs huit listes ont fusionné. "Je vous dis, c'est une maire écologiste. Elle est EELV. Je lui fais toute confiance pour conduire les discussions, pour donner à Marseille une maire écologiste", a-t-il affirmé.

Vous êtes à nouveau en ligne