Seine-et-Marne : un mandat et puis s'en va pour le maire trentenaire Pierre-Emmanuel Bégny

franceinfo

À Saâcy-sur-Marne (Seine-et-Marne), 1 800 habitants, le maire, Pierre-Emmanuel Bégny, élu à 29 ans sur une liste divers droite en 2014, a décidé de ne pas se représenter en mars.

"C'était un choix de cœur. C'était la commune de mon enfance. Mes parents y avaient leur maison de campagne. Je me suis dit : 'essayons d'embellir, faire changer notre village, essayer d'apporter un peu de vie’", explique le maire de Saâcy-sur-Marne (Seine-et-Marne) Pierre-Emmanuel Bégny sur sa candidature en 2014 à 29 ans.

Depuis son élection, le maire DVD s'improvise parfois plombier quand il doit réparer une fuite d'eau dans les sous-sols de l'école. "On n'a pas pléthore de services techniques. Quand vous êtes maire d'une petite commune, vous êtes un peu le couteau suisse", commente-t-il. Autant de contraintes qui poussent l'élu à ne pas briguer de second mandat. Comme Pierre-Emmanuel Bégny, un maire sur deux en France décide de ne pas se représenter aux municipales.

Un bon bilan, mais des violences

La nouveauté, c'est que ça touche même les plus jeunes. "On nous demande d'être vraiment bon dans tous les domaines. C'est l'équivalent d'un cadre supérieur dans une entreprise privée. J'ai 1 250 euros d'indemnités nettes par mois, ce qui ne correspond absolument pas à ce qu'un jeune pourrait avoir comme salaire dans une entreprise", confie Pierre-Emmanuel Bégny.

Pourtant, il jouit d'un bon bilan : des rues rénovées, ouverture de commerces et même des finances dans le vert. Mais il dénonce aussi les violences psychologiques et physiques dont il a été victime. Pour lui succéder, le maire a confié le flambeau à sa première adjointe, la seule candidate aux élections municipales à Saâcy-sur-Marne.

Vous êtes à nouveau en ligne