VIDEO. Municipales : Mélenchon juge la percée du FN surestimée

FRANCE 2

Le coprésident du Front de gauche affirme que le Front national a baissé par rapport à la présidentielle. Il dénonce une "information préfabriquée".

Jean-Luc Mélenchon conteste "l'information préfabriquée" selon laquelle le Front national aurait réalisé une percée au premier tour des municipales. Invité des "4 Vérités" jeudi 27 mars sur France 2, le coprésident du Parti de gauche a assuré qu'"on surestime l'impact" du FN.

"Si vous regardez les chiffres, vous vous apercevez qu'il fait légèrement moins dans les villes où il est candidat qu'il n'a fait à l'élection présidentielle", a noté le leader du Front de gauche qui a souligné que "ce sont quand même les meilleures villes pour lui".

Le Front national monte, le Front de gauche aussi

L'ex-candidat à l'Elysée a publié sur son compte Twitter une infographie illustrant son propos. Le document oppose les 600 listes mélenchonistes déposées aux 585 du FN. Il relève que 308 listes du Parti de gauche ont dépassé les 10%. Un score qu'a réalisé le FN dans 323 villes. Aussi, son camp a remporté 2 000 conseillers municipaux au premier tour, contre 473 pour le parti de Marine Le Pen. Enfin, le Front de gauche a été élu dans 67 villes au premier tour contre une seule – Hénin-Beaumont – pour le Front national.

Ses listes ont récolté 11,42% des voix (+0,32% par rapport à son propre score d'avril 2012) et celles du FN 16,50%, soit une baisse de 1,40% par rapport au score de Marine Le Pen, a argumenté l'ancien socialiste. L'eurodéputé a tout de même reconnu que le FN avait amélioré son score par rapport aux précédentes municipales (en 2008). Mais le Front de gauche aussi, insiste-t-il. Mais il a demandé "qu'on arrête un peu ce cinéma". "Le FN par-ci, le FN par-là, ça donne une image de la France à l'étranger qui est pitoyable", a-t-il dénoncé.

Vous êtes à nouveau en ligne