Municipales : Jean-Luc Moudenc (UMP) l'emporte à Toulouse avec 52,06% des voix

Jean-Luc Moudenc, le candidat UMP à Toulouse (Haute-Garonne), vote le 30 mars 2014 au second tour des municipales.
Jean-Luc Moudenc, le candidat UMP à Toulouse (Haute-Garonne), vote le 30 mars 2014 au second tour des municipales. (REMY GABALDA / AFP)

L'élection municipale a été remportée de justesse par l'ancien maire UMP. Son adversaire, le maire PS sortant Pierre Cohen, recueille 47,93% des suffrages.

Après la publication de sondages contradictoires, le duel s'annonçait serré. Cette prévision s'est vérifiée, dimanche 30 mars au soir. Jean-Luc Moudenc, candidat UMP et ancien maire de la ville (de 2004 à 2008), a remporté le second tour de l'élection municipale à Toulouse avec 52,06% des voix. Son adversaire, le maire sortant socialiste Pierre Cohen, a lui obtenu 47,93% des suffrages. Conquise par le PS en 2008 après 37 années de domination du centre-droit, la préfecture de Haute-Garonne redevient donc une ville de droite et représente une conquête majeure pour l'UMP lors de ces municipales 2014.

> Municipales : les analyses des résultats en direct 

Jusqu'au bout le duel aura été âpre entre les deux candidats. Lors du débat télévisé organisé jeudi par France 3 Midi-Pyrénées, les attaques personnelles ont fusé soulignant la tension entourant ce scrutin très serré. Pierre Cohen a ainsi qualifié le programme de son adversaire d'"imposture". En réponse, Jean-Luc Moudenc a accusé son rival d'être un "menteur".

L'indécision du scrutin tenait surtout aux réserves de voix sur lesquelles comptaient les deux candidats. Pierre Cohen avait ainsi conclu une alliance avec la liste Europe Ecologie-Les Verts d'Antoine Maurice, mais il avait échoué à rallier à sa cause la liste Front de gauche de Jean-Christophe Sellin.

De son côté, Jean-Luc Moudenc, arrivé en tête au soir du premier tour avec 38,2%, avait lancé un appel à la mobilisation des nombreux abstentionnistes et des 8,15% électeurs ayant choisi le FN au premier tour. "Vous n'êtes pas des fascistes, vous êtes des gens en colère", leur avait-il lancé. Une stratégie qui s'est, au final, avérée payante pour que la vague bleue balaie la ville rose.

> Tous les résultats de l'élection municipale à Toulouse

Vous êtes à nouveau en ligne