"Piotr Pavlenski n'a plus sa place dans notre pays" : le député Bruno Questel dénonce un statut de réfugié politique "totalement dévoyé"

Bruno Questel à l\'Assemblee Nationale à Paris, le 22 mai 2019. 
Bruno Questel à l'Assemblee Nationale à Paris, le 22 mai 2019.  (CHRISTOPHE MORIN / IP3 PRESS/MAXPPP)

Derrière la diffusion de vidéos à cacaractère sexuel attribuées à Benjamin Griveaux, le député LREM Bruno Questel dénonce une tentative "orchestrée" de déstabilisation d'Emmanuel Macron. 

"Une fois que la question judiciaire sera traitée, je crois que le statut de réfugié politique de Piotr Pavlenski et la question de se présence sur le territoire national devront être posés", estime dimanche 16 février sur franceinfo Bruno Questel, député LREM de l’Eure. Il réagissait à la garde à vue, pour d'autres faits, du Russe Piotr Pavlenski qui a revendiqué la diffusion sur Internet des vidéos à caractère sexuel attribuées à Benjamin Griveaux.

>> Vidéos privées attribuées à Benjamin Griveaux : suivez notre direct

"Il faut que la justice, maintenant qu'elle est saisie, fasse son travail, poursuit Bruno Questel. Une fois que celle-ci aura opéré, je pense que ce monsieur n'a plus sa place dans notre pays, et notamment avec ce statut de réfugié politique qui est totalement dévoyé."

Je ne peux vous dire de quelle nature de complot il s'agit, mais il est bien évident que tout cela est orchestré.Bruno Questel à franceinfo

Bruno Questel affirme que la diffusion des vidéos à caractère sexuel attribuées à Benjamin Griveaux vise aussi Emmanuel Macron. "Ce monsieur [Piotr Pavlenski] ne s'en cache pas lorsqu'il déclare vouloir s'en prendre 'au macronisme' d'une manière générale. Bien évidemment qu'à travers la candidature à la mairie de Paris, c'est le président de la République qui est visé. L'intérêt est de déstabiliser le président de la République, celles et ceux qui l'entourent, de la part de femmes et d'hommes qui n'ont jamais accepté le résultat de 2017." Selon Bruno Questel, l'enquête devra déterminer s'il s'agit "d'un complot".    

Piotr Pavlenski a été interpellé, samedi 15 février, à Paris dans le cadre d'une enquête pour des faits de violences le soir du Nouvel An. Par ailleurs, il fait l'objet d'une plainte de Benjamin Griveaux pour "atteinte à l'intimité de la vie privée". Une enquête a été ouverte après la diffusion de vidéos à caractère sexuel ayant conduit au retrait du candidat LREM à la course à la mairie de Paris.

Vous êtes à nouveau en ligne