Municipales : "Si l'on ne trouve pas les moyens de faire des listes citoyennes dans les villes communistes, il y aura des listes concurrentes", annonce Éric Coquerel

Le député La France insoumise Éric Coquerel, le 27 avril 2019 à Toulon.
Le député La France insoumise Éric Coquerel, le 27 avril 2019 à Toulon. (FRANK MULLER / MAXPPP)

La création de liste concurrente n'est pas "son souhait", a précisé sur franceinfo le député La France insoumise,"je pense qu'on peut trouver une même dynamique".

"Si l'on ne trouve pas les moyens, dans les villes communistes, de faire des listes citoyennes, qui ne soient pas des accords de cartels, il y aura peut-être effectivement des listes concurrentes", annonce dimanche 25 août sur franceinfo Éric Coquerel, député La France insoumise (LFI) de Seine-Saint-Denis. Les universités d'été de LFI, les "Amfis" d'été, se terminent ce dimanche à Toulouse après quatre jours de discussions et de débats.

"Ce n'est pas mon souhait. Je pense qu'on peut trouver une même dynamique. Tous les communistes qui veulent faire des listes citoyennes avec nous, on le fera ensemble, comme avec les écologistes, mais là où ce ne sera pas possible, il y a aura peut-être des listes insoumises", confirme ce proche de Jean-Luc Mélenchon, qui avait participé au Front de Gauche, alliance éphémère entre les communistes et le Parti de gauche.

Un rapprochement envisagé avec les écologistes ?

De même, concernant le rapprochement avec les écologistes, Éric Coquerel rejette les "accords d'appareils" : "je crois que dans des villes, selon la tonalité de nos partenaires, on peut faire des choses ensemble. À la condition que ce soit des listes d'implication citoyenne, qui partent du bas, qui permettent aux gens de faire des choses ensemble et qui peuvent être soutenues par les gens qui le veulent, y compris EELV ou LFI".

"Et puis le discours de David Cormand, qui parle d'opposition au système capitaliste, d'implication citoyenne, n'est pas le même que celui de Yannick Jadot. On ne va pas régler ça dans les mois à venir, c'est une contradiction qui traverse les Verts français, qui a traversé les Verts allemands avant qu'ils rejoignent le camp libéral", pointe encore le député de Seine-Saint-Denis.

Vous êtes à nouveau en ligne