Municipales : la crise des vocations

France 3

Le second tour des élections municipales se prépare dans 5 000 communes. Le maire d’une petite commune de Haute-Saône, qui avait décidé de raccrocher, présente finalement une liste faute de candidat à sa succession.

À Colombotte comme à Châtenois, deux petites communes de Haute-Saône, il n’y avait pas de candidats au premier tour des élections municipales. Alors, le 15 mars dernier, la salle de convivialité est restée vide. Pourtant, tout était prêt à Châtenois où le maire sortant avait prévu de raccrocher l’écharpe. À 73 ans, la lourdeur administrative et le manque de moyens ont fini par émousser son engagement. "On a mis six ans pour avoir toutes les autorisations" pour refaire le réseau d’eau, illustre Victor Coulin.

Ne pas fusionner

"Le rôle d’un maire aujourd’hui, c’est quand même un peu compliqué : il faut régler tous les problèmes de voisinage", ajoute-t-il. À quelques kilomètres de là, le duo féminin à la tête de Colombotte partage la même lassitude. Après deux mandats, Simone Guery n’a plus le cœur à administrer. "Maintenant, nous sommes est obligés de se débrouiller seuls", résume-t-elle. Après quarante-huit ans au service du village, Victor Coulin espérait prendre sa retraite. Pour ne pas voir sa commune fusionner avec une autre, il s’est dévoué une dernière fois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne