Municipales : Anne Hidalgo veut généraliser la limitation de la vitesse à 30 km/h dans Paris

La maire sortante de Paris Anne Hidalgo et son colistier David Belliard, le 2 juin 2020 à Paris. 
La maire sortante de Paris Anne Hidalgo et son colistier David Belliard, le 2 juin 2020 à Paris.  (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Cette mesure a vocation à être mise en place partout dans la capitale, sauf sur quelques grands axes et le périphérique. Elle fait partie du "Manifeste pour Paris" présenté mardi par la maire sortante et son colistier écologiste David Belliard. 

La maire sortante de Paris Anne Hidalgo (PS) et David Belliard (EELV) s'engagent à limiter à 30 km/h la vitesse dans la capitale s'ils sont élus aux municipales, ont annoncé mardi 16 juin les deux candidats, qui ont fusionné leurs listes en vue du second tour du 28 juin.

Anne Hidalgo et David Belliard, dont la liste est la grande favorite du scrutin, veulent faire de l'écologie et de la réduction de la pollution le "socle" de leur projet commun. Ils ont présenté lors d'une visioconférence leur "manifeste pour Paris", qui comprend également des objectifs en matière de décentralisation de la gouvernance, d'économie "moteur de la transition écologique" et pour développer les "solidarités". 

"La question de la santé est une question municipale, elle est au cœur de notre projet", a affirmé Anne Hidalgo, en insistant sur "le traitement de toutes les pollutions", par exemple celle au plomb due à l'incendie de Notre-Dame de Paris.

Végétalisation du périphérique 

Le programme commun des écologistes et de "Paris en commun", la plateforme électorale d'Anne Hidalgo, prévoit notamment la limitation de la vitesse à 30 km/h dans tout Paris, sauf sur les grands axes et le périphérique. "Nous ne pouvons pas nous prononcer sur une date précise mais il s'agit d'une priorité", a indiqué Paris en Commun au Parisien

Les deux candidats prévoient également la sortie du diesel en 2024, la création d'un réseau de pistes cyclables "vélopolitain" pour traverser le Grand Paris à vélo, ou encore la transformation de la moitié des places de stationnement en cinq ans pour agrandir les trottoirs.

Autres projets : "piétoniser et végétaliser les abords de 300 écoles" et créer dans chaque arrondissement au moins un centre piéton. Le boulevard périphérique sera également transformé, avec la création d'une voie réservés aux transports partagés (bus, navettes, taxis, covoiturage), et, à terme, d'une piste cyclable. Sur les 170 000 arbres que prévoient de planter la Mairie de Paris, "une centaine de milliers concernera le périphérique", a précisé Jean-Louis Missika, adjoint au maire chargé de l'urbanisme. "L'objectif est à terme de créer un boulevard urbain pour donner aux cyclistes et aux piétons la possibilité de franchir le périphérique", a-t-il précisé, selon Le Parisien

Vous êtes à nouveau en ligne