Municipales 2020 : à Besançon, l'écologiste Anne Vignot promet "un renouveau dans le vivre ensemble"

Anne Vignot remporte les élections municipales à Besançon, le 28 juin 2020.
Anne Vignot remporte les élections municipales à Besançon, le 28 juin 2020. (FRANCK LALLEMAND / MAXPPP)

Elue maire de Besançon au terme d'une triangulaire face à LR et LREM, Anne Vignot fait partie de cette "vague verte" des candidats d'Europe Ecologie-Les Verts, au deuxième tour de ces élections municipales.

C'est passé à 566 voix d'écart pour l'écologiste Anne Vignot et sa coalition EELV-PS-PCF-Génération.s. Avec ses 43,8% de suffrages et ses 40 sièges remportés, elle est élue maire de Besançon (Doubs), dimanche 28 mars. Peu après l'annonce des résultats de ce deuxième tour des municipales 2020 très serré devant Les Républicains et La République en marche, elle livre un premier discours très politique. "L'écologie est un renouveau dans le vivre ensemble, dans l'activité humaine, dans le rapport à la nature. Rien à voir avec une régression martelée par la droite comme un pauvre argument."

>> Résultats, analyses, réactions.. Suivez le direct sur les élections municipales 2020

Le candidat de la droite et du centre s'appelle Ludovic Fagaut : il a obtenu 41,6% des voix, 16 sièges au conseil municipal. Et il dit se préparer à une nouvelle bataille contre cette maire verte, ingénieure de recherche au CNRS : "On refuse encore que le dogmatisme l'emporte. On refuse que cette insécurité grandissante bondisse avec l'angélisme qui nous est promis. Donc on sera très vigilant."

"L'urgence" de renouer le lien avec les citoyens

Le candidat LREM Éric Alauzet, avec ses 14,5% et ses quatre sièges, ajoutera sa musique. "C'est énorme ce qui est devant nous. Il y a un risque de déclassement de Besançon !" Mais son discours était peu audible dimanche soir, alors que les militants de la liste écologiste se dirigeaient vers une brasserie du centre-ville. Comme Eric, qui a fait toute la campagne : "J'attends de changer de système et de faire des choix, et non pas quelques actions environnementales." 

Autre défi de la première femme maire de Besançon : réconcilier les citoyens avec la politique. A peine 40% d'entre eux se sont déplacés aux urnes dimanche. Lundi, sur franceinfo, elle s'est dite "affectée" par le niveau historique de l’abstention au niveau national. "Nous avions dit que nous serions des élus de terrain, de proximité. Eh bien, le défi va être de de tisser des liens avec les citoyens, de les impliquer dans l'ensemble de nos projets. C’était déjà la méthode que nous voulions mettre en place, mais c'est devenu urgent."

Vous êtes à nouveau en ligne