#MonMaire "700 familles sur le carreau" : à Athis-Mons, les Restos du cœur ont fermé car la mairie n'a pas renouvelé sa subvention

Le bâtiment qui a abrité jusqu\'au printemps 2017 les Restos du cœur d\'Athis-Mons (Essonne), ville de plus de 30 000 habitants située au Sud de l\'aéroport d\'Orly.
Le bâtiment qui a abrité jusqu'au printemps 2017 les Restos du cœur d'Athis-Mons (Essonne), ville de plus de 30 000 habitants située au Sud de l'aéroport d'Orly. (RAPHAEL GODET / FRANCEINFO)

Via l'opération #MonMaire, vous nous avez signalé que la municipalité d'Athis-Mons, dans l'Essonne, avait supprimé en 2017 l'aide financière qu'elle apportait à l'association, "laissant 700 familles sur le carreau". 

#MonMaire

Vous êtes ravi des changements qu'a opérés le maire dans votre commune ? Vous êtes au contraire déçu de son bilan voire excédé par son action ?
Cliquez ici pour nous le raconter !

Une fois enjambés les énormes blocs de pierre, il faut encore faire attention aux morceaux de ferraille cachés sous les feuilles tombées au sol. Un coup à se tordre une cheville. Le bâtiment qui nous fait face, du moins ce qu'il en reste, a abrité jusqu'au printemps 2017 les Restos du cœur d'Athis-Mons, ville de plus de 30 000 habitants située au sud de l'aéroport d'Orly. Mais aujourd'hui, le toit de cette construction s'est envolé, les portes se sont volatilisées et les fenêtres ont disparu. "On se demande comment ça tient encore debout", constate, "dégoûté", Benoît Desavoye, qui nous a sollicités via l'opération #MonMaire, lancée par franceinfo à l'occasion des élections municipales. Cet élu local d'opposition, qui sera candidat divers droite en mars prochain, ne comprend "toujours pas comment la municipalité a pu faire fermer le centre, laissant ainsi 700 familles sur le carreau." 

>> #MonMaire. Municipales : racontez-nous ce que votre maire a changé dans votre quotidien

Il y a un peu plus de deux ans, la mairie d'Athis-Mons a en effet décidé de ne pas renouveler l'aide financière qu'elle apportait jusque-là à l'association fondée par Coluche. Une enveloppe annuelle d'environ 25 000 euros, selon plusieurs sources interrogées par franceinfo, qui permettait à la structure de payer ses factures d'électricité et d'eau, ainsi que son loyer à la Direction générale de l'aviation civile, propriétaire des lieux. 

Symboliquement, c'est difficile à justifier comme décision. Sans ce coup de pouce municipal, l'association n'avait plus de quoi survivre.Benoît Desavoye, élu local d'oppositionà franceinfo

A l'époque, la maire de la ville justifiait son coup de rabot dans les colonnes du Républicain de l'Essonne. "La municipalité a toujours été aux côtés des Restos du cœur, affirmait Christine Rodier, élue sous les couleurs du parti Les Républicains. Mais nous ne pouvions plus subvenir au paiement des redevances du fait de la baisse des dotations de l'Etat et nous étions la seule commune à financer leurs charges." Dit autrement, ce n'est pas à Athis-Mons d'assumer seule ces dépenses... qui profitent aussi aux habitants des communes voisines. Sollicitée à plusieurs reprises, Christine Rodier n'a pas été en mesure de répondre à nos questions.

Joël, bénévole des Restos du cœur, devant les anciens locaux de l\'association à Athis-Mons (Essonne), le 26 novembre 2019.
Joël, bénévole des Restos du cœur, devant les anciens locaux de l'association à Athis-Mons (Essonne), le 26 novembre 2019. (RAPHAEL GODET / FRANCEINFO)

"Les vœux du maire ont coûté trois fois plus cher"

La soixantaine de bénévoles qui faisaient vivre les locaux de la rue Henri-Gourmelin ont encore "en travers de la gorge" la fermeture du site. "C'est un terrible gâchis, s'époumone Joël, polaire bleu foncé aux couleurs de l'association sur le dos. Vous voyez, à droite, c'est là qu'on stockait les denrées. Regardez ce que c'est devenu. Rien, strictement rien." Officiellement, les bénéficiaires d'Athis-Mons ont été reroutés vers les Restos du cœur d'Evry, soit à une quarantaine de minutes de transport environ. "Au début, certains bénéficiaires ont tenté de faire le trajet. Mais quand vous devez trimbaler des cabas remplis de boîtes de conserve, c'est trop loin, trop compliqué, s'agace JoëlDans les faits, peu de monde y va, vous lâchez vite l'affaire." 

La vérité, c'est qu'on a perdu trace de la plupart des familles. On ne sait pas ce qu'elles sont devenues, on ne sait pas comment elles s'en sortent aujourd'hui.Joël, bénévole aux Restos du cœurà franceinfo

A écouter Joël, "aucun plan B n'a véritablement été abordé pour que l'activité puisse continuer. On nous a dit un jour 'c'est fini' et il a fallu s'y plier". A dire vrai, la municipalité a quand même créé une épicerie sociale tout près de la gare, fin 2018. "OK mais ce n'est pas la même chose, regrette le bénévole accoudé à l'ancienne boîte aux lettres des Restos, dont on se demande comment elle tient encore debout. Pour y être accepté, il faut habiter la ville et connaître une situation précaire, mais pas depuis longtemps."

Benoît Desavoye est toujours à deux doigts de s'étouffer quand la municipalité "ose parler" de restrictions budgétaires pour expliquer son choix. "Vingt-cinq mille euros sur un budget annuel d'un peu plus de 57 millions par an, c'est une goutte d'eau franchement", calcule celui qui promet de remettre le dossier des Restos sur la table si sa liste "Rassembler pour Athis-Mons avec Julien Dumaine" est élue dans quatre mois. "Rien que les différents vœux du maire, début 2018, ont coûté trois fois plus cher que l'enveloppe qu'on accordait aux Restos : 67 000 euros, contre 25 000 euros, avance-t-il en s'appuyant sur un extrait de conseil municipal du 7 février 2018 que nous avons consulté.

Des bénéficiaires et des bénévoles devant les anciens locaux de l\'association des Restos du cœur à Athis-Mons (Essonne), le 14 décembre 2016.
Des bénéficiaires et des bénévoles devant les anciens locaux de l'association des Restos du cœur à Athis-Mons (Essonne), le 14 décembre 2016. (COLLECTION PRIVEE)

Garder "une indépendance totale"

Contacté par franceinfo, le bureau national des Restos du cœur a fait savoir qu'il préférait ne pas répondre à nos questions, maintenant que la campagne hivernale de l'association est lancée. Impossible donc de savoir combien de structures locales sont obligées de compter leurs sous un peu partout en France. Il faut dire que la question des aides financières ou matérielles accordées aux associations à visée sociale est délicate. "Les mairies doivent faire des choix car les ressources ne sont pas infinies", commence par dire Philippe Laurent, qui connaît bien le problème en tant que président la commission des Finances au sein de l'Association des maires de France. Mais l'actuel maire de Sceaux (Hauts-de-Seine) reconnaît aussi que la campagne des municipales n'arrange pas vraiment les choses. "La période électorale est toujours un peu plus compliquée à appréhender pour les responsables des associations. Car par une subvention accordée ou non, c'est l'avenir même de la structure qui est en jeu."

Il peut y avoir une sorte de chantage. Même si c'est une pratique à laquelle je n'adhère pas du tout et qu'il ne faut pas accepter, elle existe.Philippe Laurent, président de la Commission des finances de l'Association des maires de Franceà franceinfo

C'est justement pour garder "une indépendance totale" que le Secours populaire recommande depuis toujours à ses antennes de "ne pas se limiter à une seule source de financement." Au contraire, "il faut des ressources diversifiées, répète Mario Papi, son trésorier national. On peut citer les collectivités locales, l'Etat, les dons des citoyens aussi... Si l'une d'elles nous fait faux bond pour X raisons, on a de quoi se retourner. Et l'activité peut continuer, sans que ça fasse polémique." Au cœur de la cité de l'Air d'Athis-Mons, ce sont les engins de chantier qui risquent de faire du bruit prochainement : en lieu et place des locaux historiques des Restos du cœur, 1 400 logements vont sortir de terre dans les années à venir.

Vous êtes à nouveau en ligne