"Le vote musulman n'existe pas" : sur le terrain, les listes communautaristes aux municipales ne trouvent pas d’écho

Des panneaux électoraux sont installés devant l\'hôtel de ville de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 13 mars 2015.
Des panneaux électoraux sont installés devant l'hôtel de ville de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 13 mars 2015. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Une partie de la droite souhaiterait interdire l'Union des démocrates musulmans de France, accusé de véhiculer un "islam politique". Pourtant, ce parti reste très marginal, y compris dans ses supposés bastions.

La polémique lui a donné un coup de projecteur inespéré. Une apparition dans un sujet du "20 Heures" de France 2, une interview en face-à-face avec Jean-Jacques Bourdin dans la matinale de BFMTV... Depuis quelques jours, Nagib Azergui, le président et fondateur de la très confidentielle Union des démocrates musulmans français (UDMF), multiplie les apparitions médiatiques. Ce parti créé en 2012 est au centre de toutes les attentions depuis que plusieurs ténors de la droite alertent sur la possible présence de listes "communautaristes" lors des élections municipales de mars 2020, et réclament leur interdiction pure et simple.

"L'islam politique est en train de s'implanter. Jamais ça ne doit avoir lieu en France. Il faut empêcher ces listes par tous les moyens juridiques", a demandé le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, le 19 septembre lors de l'émission "Vous avez la parole". Un message entendu par le patron des sénateurs du parti Les Républicains, Bruno Retailleau, qui a annoncé dans Le Journal du dimanche le dépôt d'une proposition de loi pour interdire les candidatures de "tous ceux qui portent les revendications d'une partie de la population à raison de son appartenance religieuse ou ethnique".

"Nous sommes un mouvement républicain et laïc"

A travers les déclarations de ces élus de droite, c'est bien l'UDMF qui est visé. L'Union des démocrates musulmans de France est-elle pour autant un parti "communautariste" ? La réponse n'est pas simple. Le qualificatif est en tout cas rejeté en bloc par son fondateur. "Nous ne sommes ni des imams ni des muftis. Nous sommes un mouvement républicain et laïc", assure à franceinfo Nagib Azergui, qui se défend d'être le représentant d'un "islam politique".

Il faut arrêter de penser que l'on veut faire le 'grand remplacement' de la République par la charia.Nagib Azerguià franceinfo

Quant à la présence du mot "musulman" dans le nom de son parti, Nagib Azergui dresse un parallèle avec le Parti chrétien-démocrate fondé par Christine Boutin, "un parti d'opinion qui se base sur un héritage culturel et historique" et favorable à "une laïcité respectueuse". Dans ses professions de foi, l'UDMF parle bien sûr de la "lutte contre l'islamophobie", son principal cheval de bataille, mais aussi de finances publiques, d'éducation ou d'écologie.

Capture d\'écran du clip de campagne de l\'UDMF avec son président Nagib Azergui, lors de la campagne des élections européennes de mai 2019.
Capture d'écran du clip de campagne de l'UDMF avec son président Nagib Azergui, lors de la campagne des élections européennes de mai 2019. (UDMF)

Depuis sa création, le parti a sensiblement édulcoré son discours, comme le note sur son blog le journaliste Laurent de Boissieu. A priori, rien dans les positions affichées aujourd'hui par l'UDMF ne tombe sous le coup de la loi. "Nous n'avons pas vu d'antisémitisme ou d'appels à la haine, mais nous restons vigilants", indique à franceinfo un conseiller ministériel. En l'état, le gouvernement ne soutiendra pas la proposition de Bruno Retailleau.

Il paraît difficile d'interdire ce type de listes car personne ne se dira ouvertement communautariste. En revanche, on croit beaucoup au combat démocratique, dans les urnes, à la loyale.Un conseiller ministérielà franceinfo

Le combat dans les urnes, c'est justement ce à quoi l'Union des démocrates musulmans de France se prépare pour les prochaines élections municipales. Le parti envisage de se présenter dans une cinquantaine de communes en France. De grandes métropoles comme Paris, Lyon, Marseille ou Nice et des villes de banlieue (Gennevilliers, Les Mureaux, Joué-lès-Tours, Vaulx-en-Velin...). Nagib Azergui affirme sans rire que l'UDMF a de bonnes chances d'accéder au second tour dans nombre d'entre elles. D'ailleurs, les menaces d'interdiction auxquelles le mouvement fait face seraient, d'après lui, le fait de politiciens qui "ont peur pour leurs places et ne seront peut-être pas au deuxième tour en 2020".

Un score de 0,13% aux européennes

Mais à moins de cinq mois du scrutin, difficile de prendre au sérieux ces prétentions. Un meeting de lancement de la campagne, qui devait se tenir le 5 novembre à Vaulx-en-Velin (Rhône), a été reporté au 1er décembre "en Ile-de-France", officiellement pour des raisons logistiques. Interrogé, l'UDMF ne communique aucun nom de candidat investi pour mener la bataille aux municipales. "Beaucoup de candidats ne veulent pas encore s'exposer, explique Nagib Azergui, qui refuse de "mettre en avant des personnes qui ne sont pas suffisamment prêtes".

Sur le terrain, l'UDMF semble totalement inconnue du microcosme politique local, y compris dans ses supposés bastions. A Bobigny (Seine-Saint-Denis), le parti avait réussi en 2014 à placer l'un de ses membres sur la liste du candidat UDI Stéphane de Paoli, victorieuse face à la maire communiste sortante. Hocine Hebbali devait s'occuper de la création d'un musée sur l'histoire de la colonisation française. Mais au bout de quelques semaines, l'élu n'a plus siégé au conseil municipal. "Il a complètement disparu de la circulation. Ici, l'Union des démocrates musulmans de France n'a aucune réalité locale", observe une élue d'opposition.

Lors des dernières élections européennes, l'UDMF avait in extremis été autorisée à déposer une liste, après un refus pour vice de forme. Un peu moins de 30 000 voix (soit 0,13%) s'étaient portées sur elles au niveau national, mais avec des pointes au-dessus de 5% dans une dizaine de communes.

A Maubeuge (Nord), l'UDMF a même recueilli 40% des voix dans l'un des bureaux de vote. Un pourcentage à relativiser puisqu'il ne représente, en nombre de voix, que 70 personnes. "C'est un bureau situé dans un quartier qui vote généralement très peu. Il a suffi qu'une ou deux personnes se mobilisent pour arriver à ce résultat", commente le maire UDI de la ville, Arnaud Decagny, sceptique sur le fait que l'UDMF parvienne à réunir les 39 noms nécessaires à la constitution d'une liste aux prochaines élections municipales.

"Tout ce qu'il cherche, c'est créer du buzz"

"Nous ne connaissons pas ici de personnes identifiées se revendiquant de ce parti", relève pour sa part Raphaël Cognet, le maire LR de Mantes-la-Jolie (Yvelines) où deux bureaux de vote du Val Fourré ont affiché des scores supérieurs à 20% en mai. Le constat est le même à Chanteloup-les-Vignes ou encore à Poissy, deux villes des Yvelines où un phénomène similaire a été observé lors du dernier scrutin européen.

"Les gens qui votent pour l'UDMF sont des personnes qui généralement s'abstiennent mais qui ont fait une confiance aveugle au mot 'musulman' inscrit sur les bulletins de vote", estime Nizarr Bourchada, un ancien membre du parti qui a claqué la porte après avoir mené la liste de l'UDMF aux élections régionales de 2015 en Ile-de-France.

L'UDMF ne fait pas campagne. Ils sont quelques-uns à faire de la politique derrière une page Facebook et tout le monde tombe dans leur piège !Nizarr Bourchadaà franceinfo

Selon cet ancien membre de l'UDI, actuellement conseiller municipal à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), la démarche de Nagib Azergui tiendrait davantage de l'opportunisme électoral que d'un véritable dessein politique. "Il n'a rien de religieux. Si ça se trouve, il n'a peut-être jamais mis les pieds dans une mosquée, poursuit-il. Tout ce qu'il cherche, c'est créer du buzz autour du mot musulman !"

"L'interdiction est toujours un aveu d'échec"

Dans les villes où l'UDMF a connu une petite percée aux élections européennes, aucun des élus interrogés par franceinfo ne plaide pour une interdiction de ce type de listes. "Concentrons-nous sur les vrais problèmes de communautarisme. Par exemple, le problème des femmes qui sont voilées de la tête aux pieds et qui refusent de serrer la main aux hommes", exhorte ainsi Karl Olive, le maire (divers droite) de Poissy. "L'interdiction est toujours un aveu d'échec", soutient Raphaël Cognet à Mantes-la-Jolie, "pas inquiet" de l'existence de ce parti.

Ceux qui croient pouvoir capter un électorat sur une base religieuse se trompent, car le vote musulman n'existe pas ! Certains votent à gauche, d'autres à droite, certains même à l'extrême droite...Raphaël Cognetà franceinfo

Avant d'espérer rencontrer un succès dans les urnes, l'UDMF devra de toute façon passer un premier test : celui de recruter un nombre suffisant de candidat pour pouvoir constituer des listes, soit une trentaine dans une ville de moins de 20 000 habitants, près de 70 dans une ville de plus de 300 000 habitants et plus de 500 pour le Conseil de Paris et les conseils d'arrondissement. Une "mission impossible" selon Nizarr Bourchada, qui se livre au jeu des pronostics : "Nagib Azergui annonce 50 listes aux municipales, mais il n'arrivera pas à en présenter une seule !"

Vous êtes à nouveau en ligne