DIRECT. Municipales 2020 : Edouard Philippe a proposé aux chefs de partis de reporter le second tour au 21 juin

Le Premier ministre français Edouard Philippe, dimanche 15 mars 2020, au Havre (Seine-Maritime).
Le Premier ministre français Edouard Philippe, dimanche 15 mars 2020, au Havre (Seine-Maritime). (LOU BENOIST / AFP)

Lundi, la presse française commente le cœur gros le premier tour des élections municipales, marqué par une forte abstention, en raison de l'épidémie de coronavirus qui invite les Français à se calfeutrer.

Y aura-t-il un second tour pour les élections municipales ? La question se pose, alors que le premier tour a été marqué, dimanche 15 mars, par une forte abstention dans un pays mis à l'arrêt par l'épidémie de coronavirus. Le Premier ministre Edouard Philippe, qui a consulté les chefs de partis et présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat à ce sujet, leur a proposé lundi 16 mars de reporter le second tour du scrutin au 21 juin prochain, a appris le service politique de France 2. Suivez notre direct.

"De l'isoloir à l'isolement". Le virus a contaminé jusqu'à la démocratie, déplore la presse. "L'odeur de gel hydroalcoolique aidant, la salle de classe où était installé le bureau de vote ressemblait plutôt à la salle d'attente d'un dispensaire dont chacun espérait s'échapper au plus vite", écrit Patrick Jankielewicz dans l'éditorial de La Voix du Nord. Autre exemple : Le Figaro montre en une une femme masquée devant l'Arc de triomphe, accompagnée du titre "La grande épreuve", avec, en dessous, à propos des municipales : "Le grand malaise". "Démocratie confinée, masque dans l'isoloir : le 15 mars 2020 restera comme un dimanche noir de l'histoire électorale", écrit Sébastien Crépel dans L'Humanité.

Poussée des écologistes, les Républicains se maintiennent. Les candidats écologistes ont enregistré de très bons résultats dans plusieurs villes, comme Grenoble, Lyon, Besançon, Rennes et Lille. Les Républicains devraient se maintenir en bonne position dans la plupart de leurs fiefs. Avec 430 listes déposées, contre près de 600 il y a six ans, le Rassemblement national parvient préserver ses bastions des Hauts-de-France et du pourtour méditerranéen et à poursuivre son implantation. Quant à la majorité présidentielle, elle se retrouve en mauvaise position dans de nombreuses villes.

La tenue du second tour incertaine. Malgré les mesures sanitaires dans les bureaux de vote, la participation au premier tour des élections municipales a fondu à un niveau inédit, autour de 46%. Un effondrement historique qui nourrit des interrogations grandissantes sur le maintien du second tour. De nombreux élus demandent son report. Dans ce contexte, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé depuis Le Havre qu'experts scientifiques et partis politiques seraient consultés "en début de semaine", en espérant obtenir un "consensus républicain" sur le sujet.

Vous êtes à nouveau en ligne