Elections municipales 2020 : à Lyon, les écologistes arrivent largement en tête du premier tour avec 29%

Gerard Collomb, maire de Lyon, et Yann Cucherat, candidat à la mairie de Lyon, le 5 mars 2020, à Lyon (Rhône).
Gerard Collomb, maire de Lyon, et Yann Cucherat, candidat à la mairie de Lyon, le 5 mars 2020, à Lyon (Rhône). (STEPHANE AUDRAS / REA)

Le candidat LREM soutenu par Gérard Collomb se classe seulement en troisième position avec 14,9%, derrière celui de LR.

A Lyon, les écologistes ont le sourire. La liste Europe Ecologie-Les Verts menée par Grégory Doucet arrive en tête avec 29% des voix devant le candidat Les Républicains Etienne Blanc (16,7%), selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et les chaînes parlementaires. Derrière, le candidat du camp Collomb, l'ancien gymnaste Yann Cucherat (LREM-MoDem) est en troisième position (14,9%). Suivent Georges Képénékian (dissident LREM) avec 12%, Nathalie Perrin-Gilbert (DVG) avec 9,1% et Sandrine Runel (PS-PCF) avec 7,7%.

>> Municipales 2020 : découvrez les réactions et analyses dans notre direct

La campagne à Lyon et dans la métropole lyonnaise a été fortement marquée par les enjeux environnementaux. Les candidats se sont notamment affrontés sur le projet de l'"anneau des sciences". Ce projet d'autoroute souterraine, qui doit passer à l'ouest de la ville afin de boucler le périphérique et désengorger la circulation, a divisé les candidats. La gauche, les écologistes ainsi que le dissident LREM David Kimelfeld se sont opposés au projet. Les Républicains y sont favorables, à condition de le remanier. Il ne reste donc plus que Gérard Collomb et le Rassemblement national pour le soutenir.

Des alliances cruciales au second tour

Pour la métropole dont les résultats ne sont pas encore connus, Gérard Collomb, 72 ans, a mené une campagne courte où il a misé sur sa notoriété en tant que maire sortant de Lyon. Pour mémoire, il a été élu à la tête de la ville pour la première fois en 2001. Ses adversaires n'ont pas manqué d'appeler au renouveau. "Gérard Collomb a été un très bon élu par le passé, mais sa vision est aujourd'hui obsolète", confiait à franceinfo l'écologiste Bruno Bernard, candidat à la présidence de la métropole, en début de campagne.

>> Le mode d'emploi pour comprendre le scrutin à Lyon et dans la métropole

L'entre-deux-tours va faire l'objet d'intenses tractations entre les différents candidats et le sort de Lyon pourrait être lié à celui de la métropole. Gérard Collomb a assuré sur le plateau de France 3 qu’aucun accord n’avait été passé avec Les Républicains en vue du second tour, contrairement aux affirmations de la presse locale. Mais l'ancien ministre n'a pas pour autant exclu d'en conclure un. De l'autre côté de l'échiquier politique, certains acteurs rêvent d'une grande alliance allant de la gauche jusqu'au dissident LREM en passant pas les écologistes afin de faire barrage à Gérard Collomb.

Vous êtes à nouveau en ligne